Un an après, que sommes-nous devenus

29 Août 2020, la rentrée pointe le bout de son nez. Rentrée masquée, Covid compatible (du moins l’espère-t-on, sans confinement, du moins l’espère-t-on…).

Je viens de passer une heure à surfer sur la toile pour trouver à Eden un cours de danse, de gym. La vie “normale” a l’air d’avoir repris son cours ou presque, après l’été au vert, après le confinement du printemps, et surtout après l’année de tour du monde. 

Retour à la case départ ?

Que se passe-t-il après un si grand voyage, après avoir largué les amarres de notre vie confortable de cadres quadragénaires Parisiens ? En mal d’aventures, en crise de la quarantaine ?

Non, avant notre tour du monde, nous n’étions pas en crise. Nous étions heureux. Certes, le déclencheur avait été une année 2017 difficile qui avait réveillé une furieuse envie de vivre et un vieux rêve enfoui de voyage au long cours.

Nous nous étions accordé le droit de sortir des chemins bien tracés.

Nous étions partis à la rencontre des autres, croyant en leur bienveillance, en la capacité de l’homme à faire du bien autour de soi, à son environnement

Au final, nous n’avons pas été déçus ! Une année exceptionnelle, faite de souvenirs inoubliables, et de rencontres incroyables, dont témoigne notre blog. Jamais fini, restent encore 3 mois de voyage à vous raconter, et je ne désespère pas de réussir à le faire…un jour. Tout est consigné dans mes petites notes, et réécrire replonge littéralement dans des souvenirs d’une précision insoupçonnée !

Alors, pourquoi prendre la plume aujourd’hui ? Parce que, à quelques jours près, cela fait pile-poil un an que nous sommes revenus en France, des paillettes plein les yeux, et parce que j’ai envie de vous livrer un témoignage. Parce que j’ai souvent vu des posts passer sur le sujet du retour sur les réseaux sociaux…

On y lit souvent la déprime du retour, quand les voyageurs osent le dire, la difficulté à reprendre sa place dans la société qu’on avait laissée de côté, à replonger dans le quotidien. 

Alors, quel bilan pour nous ?

L’année de voyage nous a ouvert les yeux sur beaucoup de choses : rassurés sur les femmes et hommes, qui à titre individuels, quelle que soit leur culture, cherchent toujours “le mieux”, pour eux, leurs proches, et les personnes avec qui ils nouent de bonnes relations. Nous avons plus que souvent pu juger de la générosité des gens, partout, sur tous les continents, pour peu que nous n’arrivions pas avec nos idées reçues que nous aurions voulu leur imposer.

Mais nous avons aussi pu toucher aux limites de notre mode de vie, notre “modèle” occidental. Aujourd’hui, et c’est une bonne chose, (enfin, avant le Covid), nous avons pu voir beaucoup de pays suivre un développement rapide, voire très rapide. Des gens qui ENFIN pouvaient espérer que leurs enfants vivent mieux qu’eux, accèdent à l’éducation, se nourrissent mieux…

Le “hic” : tout ceci se fait en “copiant” nos modèles, et la pollution qui va avec….

Et nous avons pu toucher du doigt réchauffement climatique et gestion des déchets plus que complexe en bien des endroits, parfois des plus inattendus.

Nous ne sommes pas revenus “intacts”.

Notre conscience écologique a été démultipliée, comme celle de beaucoup de voyageurs. D’ailleurs, sur la dernière partie du voyage, nous avons tout bonnement arrêté de prendre l’avion, quitte à multiplier les nuits de bus. Mais surtout, au retour, nous avons eu envie d’apporter notre petite goutte d’eau pour que les choses bougent.

Alors ? Alors exit notre travail de cadre bien confortable. Nous étions partis tous deux en congé sabbatique, nous décidons de ne pas revenir dans nos anciens postes.

Après le premier “choc du retour” (mais pourquoi on possède tant de choses ?), et un petit mois de remise à flot entre bisous (on avait encore le droit) à nos amis et familles qui nous ont tant manqués. Nous nous réinstallons dans l’appartement que nous avions mis en location. 

Une volonté de changer

Et puis, on cherche tout de suite à faire avancer notre volonté de changement. Déjà, nous “vidons” notre appartement. Je ne me souviens plus de tout ce que nous avions donné avant le départ pour mettre l’appartement en location meublée, mais au retour, nous donnons plus de 20 cartons à Emmaüs, qui pense qu’on déménage (non non, on ré-emménage…). C’est qu’on est devenus minimalistes avec nos 36 kg de bagages pendant un an.

Je m’inscris à Zero Waste Paris, qui mène diverses actions de sensibilisation pour la réduction des déchets, je m’immisce dans les groupes de travail des verts pour les municipales. Geoffrey nous trouve un incubateur, prêt à nous aider à “tester” notre business : Incuba’school, l’incubateur de la Chambre de Commerce et de l’Industrie.

Décembre, fin de l’incubateur. Nos projets se sont affirmés : 

  • Pour Geoffrey, ce sera un blog (deux mêmes) autour du bien être (vivre libre et heureux) et l’habitat écologique (maisons et villages verts). Depuis, il inonde d’articles une communauté de plus en plus importante de personnes sensibles à ces sujets, qu’il informe de la meilleure façon possible.
  • Pour moi, je rempile en janvier avec Incuba’School dans leur programme « Concrétisez votre Business ». Ce sera Rue Juliette. Sa vocation : faire en sorte que consommer tout en réduisant ses déchets soit le plus facile possible. Et pour cela, la vente de produits du quotidien sans emballage jetable est le point de départ. Pour rendre cela simple, des contenants déjà remplis et consignés, et l’adaptation à la façon dont la personne fait ses courses (se faire livrer, venir retirer ses courses en point de retrait, ou venir en boutique).

A l’épreuve du Covid

Le Covid est passé par là, mettant à rude épreuve nos ambitions. Les “à quoi bon”, les “mais les gens ont tellement d’autres soucis”… mais nous avons persévéré. Et accéléré au mois de mai malgré les rebondissements. Geoffrey ne fera pas son tour de France des maisons écologiques pendant deux mois, et je n’ouvrirai pas avant l’été.

Au final, en cette rentrée, un an après notre retour, voici où nous en sommes : 

  • Geoffrey se sent vraiment libre et heureux, et revient d’une semaine de jeûne qu’il a enfin osé faire après des années d’hésitation. Nul doute qu’il racontera tout cela très bientôt. Il a appris à construire de ses mains une kerterre (une petite maison en chaux et chanvre), et est plus convaincu que jamais. Et surtout, dans quelques semaines va sortir son nouveau site sur l’habitat, avec un certain “Papi Claude”, bien connu dans le sérail. 
  • Pour ma part, j’ai noué un partenariat avec l’ANRH, association qui emploie des personnes en situation de handicap, et elle va me louer sa boutique à Paris, dans le 13eme Arrondissement. Nous en ferons une épicerie durable, basée sur le vrac et la consigne. En parallèle, on peaufine la plateforme de e-commerce également, quasi prête, pour permettre aux gens de commander en ligne et se faire livrer sur Paris, ou venir retirer leurs courses en point de retrait. Les gens de l’ANRH viendront m’aider dans la tenue de boutique et la chaîne logistique de la consigne. On espère se lancer fin Octobre…Une campagne de crowdfunding est en cours si vous souhaitez soutenir le projet 😉 Et merci à tous ceux qui ont participé ! Quelle chance on a de vous avoir comme soutien !

Pour soutenir Rue Juliette, c’est par ici ! https://www.miimosa.com/fr/projects/le-zero-dechet-facile-grace-a-la-consigne-chez-rue-juliette.

On croise les doigt pour que nos projets fonctionnent, entre enthousiasme et stress à quelques semaines de leurs concrétisations…et dans ce contexte bien étrange qui sera la signature de 2020…

Mais ce qui est certain c’est que oui, le voyage transforme, et il est illusoire de penser qu’on en fera juste un joli souvenir dans notre vie toute tracée. Une seule parenthèse, un seul pas de côté.

Nous, le voyage nous aura permis d’oser, d’oser nous confronter à nos vraies aspirations, nos vraies valeurs. Nous avions déjà fait un saut dans le vide en partant. C’est le premier le plus dur. Alors le second en rentrant ? Pourquoi pas ?

Nous travaillons beaucoup, sans vraiment en avoir le sentiment, puisque c’est pour un objectif qui nous tient à coeur par dessus tout. Servir positivement le monde de demain.

Nous avons tous les deux très très hâte de pouvoir enfin voir ces nouvelles activités aboutir !

Et Eden dans tout ça ?

Eden avait très hâte de rentrer. Un an sans sa famille a été un peu trop long… surtout lorsqu’elle a vu tous les autres voyageurs commencer à rentrer en juillet. Mais bon, fêter ses 10 ans aux Galapagos, je pense qu’elle n’est pas prête de l’oublier…

Elle a eu très peur de reprendre l’école et avait peut être un peu raison. Elle a retrouvé ses amies, mais avec certaines, un fossé s’était creusé. Elle a vécu une expérience unique, impartageable, et qu’elle garde d’ailleurs pour elle. 

Au bout de quelques mois, elle n’avait qu’une envie, repartir. “Alors ma chérie, va falloir attendre un peu”…(et encore, on parlait avant le covid !).

Scolairement, aucun sujet au retour. Elle s’est retrouvée très à l’aise et sans aucun retard avec son CM1 assuré en voyage.

Finalement, avec son année de « unschooling », le confinement n’a pas été un souci en termes d’organisation scolaire. On était rôdé. 

On a rêvé, on s’est imaginés en voyage vers “Terra Nova” (toute la série à retrouver sur Youtube)… et le temps a passé.

Heureusement, elle a pu retourner en classe une petite semaine (on n’était pas prioritaires, logiquement), et dire au revoir à tout le monde, laissant sa primaire derrière elle.

A l’aube de son entrée en 6eme, tout va bien, même si logiquement, elle stresse. En même temps…. c’est un peu « dans sa nature ». Mais nous, nous la savons prête, et prête à s’adapter à toutes les situations. Et puis, elle n’est pas devenue la moins militante de nous trois 😉

Merci à tous nos lecteurs assidus de nos aventures.

Je n’ose dire aux futurs voyageurs “osez”, vu le contexte… mais même sans partir loin tout de suite, partez. A la découverte, de notre beau pays, des autres, de leurs traditions, de leurs aspirations…! Et osez changer de vie, si le coeur vous le dit.

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog et soutenir Rue Juliette ! 😉

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close