Réalisation d’un rêve : Visiter la Cité Interdite.

9 Octobre : Bienvenus en Chine !

La Chine, comme la Corée, n’était pas dans nos top destinations quand on a décidé de faire le tour du monde. Trop grand, on ne se sentait pas spécialement d’affinités (à tort certainement), nécessite un long voyage à lui tout seul.

Sauf… sauf que je rêve depuis toujours de voir « La Cité Interdite ». La faute à Bertolucci et son film « Le dernier empereur » ?

Alors on se dit, « pourquoi pas un stop de quelques jours ? ». Ça c’est l’avantage de faire un tour du monde, et la liberté folle qu’on s’accorde alors.

A quelques jours de notre départ de France, deux éléments perturbateurs à noter :

  • Je discute avec mon collègue Aurelien, qui a visité la Chine. Et il me convainc quasi d’y passer beaucoup plus de temps. Son voyage avait l’air vraiment fantastique. Et lui a beaucoup bougé dans le pays. Et si on y passait un mois finalement ?
  • Par contre, pour aller en Chine, il faut un Visa. Et là, tout a bien failli capoter : Pour avoir un visa, un enfant a besoin d’un certificat de scolarité ! Pourquoi ? Parce qu’on impose cela aux ressortissants Chinois qui viennent en France. Sauf qu’on est en plein été, que l’école est fermée, et que de toute façon, Eden n’est pas « vraiment » scolarisée dans les règles de l’art cette année.

Je cherche désespérément une solution, et découvre que depuis Janvier 2018, dans la zone de Pékin, vous pouvez bénéficier d’une autorisation d’entrée sur le territoire de 144H (soit 6 jours) sans visa. Voir les modalités ici.

Retour au plan initial donc, et on fera un stop « rapide » en Chine, même si ça semble une hérésie.

A Seoul, notre embarquement n’est cependant pas des plus simples : Le 144H sans visa sont une mesure récente, et se calculent de façon précise. On devra attendre de LONGUES minutes, coups de fils vers les douanes Chinoises, et passer entre les mains de divers employés de la Southern China Airlines avant de savoir si on ne s’est pas trompés, et si on peut bien embarquer.

Destination Pékin - On embarque ou pas ?
Destination Pékin – On embarque ou pas ? Suspens…

Ouf, on est dans l’avion. On espère juste ne pas se faire refouler une fois sur le territoire Chinois.

Bonne surprise à l’arrivée. On a bien repéré la file « Transit 144H » qu’il faut impérativement suivre dans notre cas, on a même trouvé une personne qui nous guide et nous aide à remplir le formulaire.

Et on passe devant tout le monde au moment du contrôle visa / passeport ! Chance d’être tombés sur quelqu’un d’averti ? En tout cas, Cité Interdite, nous voilà. Enfin, demain, là on a sommeil tout à coup, une fois le stress redescendu.

On dinera dans une espèce de cantine pour jeunes geeks, en face de notre hôtel, des brochettes, et du thé à la rose. Très bon, mais très odorant (lessive obligatoire à la sortie).

Le séjour commence bien finalement !

M…on a perdu Google..

10 Octobre : La Cité Interdite, ENFIN !

Vu qu’on est là pour ça et qu’on n’a pas de temps à perdre, on se dirige tôt vers la place Tian’anmen et la Cité Interdite (pour ceux qui auraient un doute, l’entrée de la cité Interdite est sur la place).

Habituellement, je laisse toujours mon passeport à l’hôtel. Je n’aime pas me promener avec. Et ce matin, Geoffrey me dit «moi je le prends toujours, tu devrais faire pareil, on est en Chine quand même». Moui bon, moi les douaniers et les geeks d’hier m’avaient bien détendue, ça va…

Je le prends « pour lui faire plaisir », et je fais bien !

Il faut savoir qu’à Pékin, on passe au contrôle sécurité à chaque fois que vous entrez dans le métro : Rayons et fouille (on se demande toujours comment ils font aux heures de pointe !).

Place Tian’anmen, c’est pire. Vous n’entrez pas sur la place, sans présenter votre passeport (et vous faire fouiller, évidemment…). Je l’ai ! Merci mon chéri !

On est un peu « bousculés ». La place est juste GIGANTESQUE (c’est la 4eme plus grande place au monde). Mao trône, accroché sur la Cité Interdite, face à SES (et sans faute de grammaire) bâtiments (Palais de l’Assemblée du Peuple, Musée National de Chine, Monument aux Héros du Peuple, Mausolée de Mao..) dans le plus pur style architectural communiste…

On repense immédiatement à 1989, la révolte matée de ces étudiants…mais en se penchant sur l’histoire, on se rend compte que la place fut depuis longtemps le lieu de départ nombreux mouvements populaires : déjà en 1919 des étudiants manifestaient sur la place!)

Premier choc et premiers militaires passés, on entre enfin dans la cité (bon à savoir, votre ticket d’entrée est votre passeport, qui a été enregistré, comme ça si on vous cherche, on sait où vous êtes…)

La Cité Interdite, c’est Versailles, en version Chinoise. Donc encore plus grand (1km X 750 m, 9 999 pièces selon la légende)… coloré…codifié…. Je crois que le palais comptait plus de 1000 pièces. Des toits de tuiles en céramique jaune (couleur impériale) de toute beauté. On y passe 5 heures au moins, on s’y perd (Heureusement, ils vendent des chips sinon on serait morts de faim !).

Cité Interdite - Pékin - Chine
Passée la porte de La Paix céleste..Vue sur le Pavillon de l’Harmonie Suprême – Cité Interdite – Pékin – Chine

Construite sous la dynastie Ming, elle date du XVeme siècle et fut occupée par 24 empereurs successifs, jusqu’à l’abdication du dernier en 1912 (voir le film de Bertolucci).

On révise toute l’histoire de la Chine impériale. Ne pas oublier qu’avant de faire tomber son dernier empereur  elle connut l’empire le plus long (4000 ans depuis les Shang (-1700), Jusqu’aux Quing (1600 à 1912) en passant par les Tang, les Song, les Yuan, et les Ming !) et certainement l’un des plus puissants et influents du monde. Alors forcément, la demeure des monarques étaient à la hauteur de cette puissance. Et c’est immense …

L’espace central est constitué de divers pavillons et cours qui s’enchainent les uns derrière les autres, et qu’on traverse un par un : Pavillon de l’Harmonie Suprême, Pavillon de l’Harmonie Parfaite, Pavillon de l’Harmonie préservée .. tout ça est si..harmonieux 🙂

On joue et on croise des chinois…

On apprécie les détails des bâtiments

A gauche et à droite, enfilade d’autres pavillons / palais, plus privés, construits par les empereurs au fur et à mesure. L’un pour y loger, l’autre pour sa mère, etc…On s’attarde pas mal dans les espaces dédiés aux reines, concubines.

On apprend de nombreuses « petites histoires » :

Exemple : Chaque année des jeunes filles de tout le pays participaient à un « concours de beauté » pour devenir l’une des concubines de l’empereur. L’une d’elles, très pauvre, charmant l’empereur et devint sa favorite, porta son fils, et finit sa vie comme impératrice douairière (son fils devint empereur).

C’est tellement gigantesque qu’on finit par se retrouver hors plan. Bien nous en a pris : on y a découvert des merveilles (notre audioguide n’a pas pu nous en dire quoi que ce soit vu qu’on était « perdus ») et retrouvé un calme bien appréciable.

On avait lu un blog de gens déçus par la cité interdite. Ce ne fut clairement pas notre cas.

On découvre aussi le caractère des Chinois. Ah ça ! On ne confondra plus jamais Chinois et Japonais ! Si les Coréens étaient plus joviaux et détendus que les Japonais, les Chinois sont franchement bruyants et un peu « sans gêne ». Au bout d’une heure, j’en ai assez de me faire bousculer pour admirer l’intérieur des palais (on n’entre pas en fait, on doit les regarder depuis des portes plus ou moins larges). Je me pose en retrait, et finis par en rire. Allez, je suis Parisienne, je devrais m’en sortir, j’en connais un rayon sur le sujet. Je retrouve mes réflexes et ça va mieux. Non mais, moi aussi je veux le voir, le trône ! Et ma fille est plus petite donc je la pousse devant. « Si si ma chérie, vas y ! ».

Petite fille et porte monumentale - Cité Interdite - Pékin - Chine
Petite fille et porte monumentale – Cité Interdite – Pékin – Chine

A la fin de la journée, on s’y est fait, et ils nous apparaissent plutôt sympas, ces Pékinois. Un peu « Parigots », en fait. Il faut dépasser une première rudesse pour se rendre compte qu’ils sont « humains ». On finit par poser pour des photos que les gens nous demandent. « Parce qu’on le vaut bien ? » :-))

Reflet : Pavillon de l'Harmonie suprême - Cité Interdite - Pékin - Chine
Reflet du soir : Pavillon de l’Harmonie suprême – Cité Interdite – Pékin – Chine

En sortant, on fera un « petit tour » de la place Tian’anmen. Bon, j’avoue que j’étais tellement fatiguée de la visite de la Cité Interdite que je n’ai pas vraiment apprécié.

Peut être juste une réflexion qui nous traverse alors que le soleil se couche sur tous ces drapeaux : On ressent ici toute la puissance du pays…et du pouvoir en place. Pour le meilleur …et pour le pire…

Coucher de soleil place Tian'anmen - Drapeaux Chinois - Pékin - Chine
Coucher de soleil place Tian’anmen – Drapeaux Chinois et Palais de l’Assemblée du Peuple – Pékin – Chine

1 réflexion sur « Réalisation d’un rêve : Visiter la Cité Interdite. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close