Les merveilles de Delhi

Si on s’est arrêtés trois nuits à Delhi, c’est parce que Carole et Vincent, nos amis, nous ont dit avoir bien aimé la ville, notamment se balader dans les marchés. Nous on n’aurait pas forcément pris le temps de s’y attarder au départ, et c’aurait été une erreur.

Ce 17 Octobre, on prend les choses en main : on change de guesthouse (Merci Satbir : L’hôtel de ton ami que tu nous recommandes, n’a rien à voir avec le précédent. On paie un peu plus cher, soit, mais ici les gens sont présents, prévenants, on a une chambre gigantesque, un bon petit-déjeuner, et surtout, c’est.. PROPRE !) et on part à la conquête de la ville.

On entame la journée par le Qutb Minar, proche de notre ancienne guesthouse (elle aura eu au moins cet avantage), célèbre pour son minaret, le 3eme plus haut au monde (72,5 mètres quand même et encore, il en faisait 80 !). Sa construction fut initiée par le premier sultan de Delhi, au XIIeme siècle, et finalisée deux siècles plus tard (les différents sultans y ont ajoutés des étages).

Le Qutb Minar, gigantesque - Delhi - Inde
Le Qutb Minar, gigantesque – Delhi – Inde

S’il marque les débuts de l’Islam en Inde, il a été construit par des ouvriers Indiens et c’est leur savoir-faire qui s’exprime également ici ! D’ailleurs, le minaret et la mosquée qui l’entoure (la première d’Inde, dont il le reste que de jolies ruines) sont bâtis sur les restes de temples hindous. On y retrouve ainsi encore quelques pierres gravées de divinités hindoues.

L’autre curiosité du lieu qui nous a pas mal interpelés et ce pilier en fer,  pur à quasi 100%, datant du IVeme siècle, dédié à Vishnou, et qui n’a jamais rouillé ! En Europe, nous avons dû attendre le XVIeme siècle pour réussir à créer cet alliage (1200 ans plus tard donc !).

Devant l'étrange pilier en fer pur du IVeme siècle - Qutb Minar - Delhi - Inde
Devant l’étrange pilier en fer pur du IVeme siècle – Qutb Minar – Delhi – Inde

On a accepté l’offre d’un guide. Peut être pas une bonne idée. Il nous fait la visite au pas de course et on n’apprend rien de plus que ce que nous en dit notre guide papier et ce qu’on peut en lire sur les écriteaux disséminés deci-dela. On a un peu le sentiment de s’être fait avoir… Bon, après on n’a pas été ruinés par le prix qu’on l’a payé non plus…mais ça ne donne pas très bonne impression…

La série des Selfies avec nous initiée en Chine continue ici de plus belle. On a trouvé un truc : Tu me prends en photo, OK, moi aussi 🙂

On enchaine notre visite du « Best of » de Delhi par le Fort Rouge, Patrimoine mondiale de l’Unesco (à la fin du tour du monde, je fais une carte spéciale sur le sujet, promis) qui tient à coeur à Geoffrey, et la Jama Masjid (la grande mosquée de Delhi), situés dans Old Delhi.

Maesh se gare sur un parking à l’entrée de la vielle ville et nous explique qu’il vaut mieux qu’on se déplace à pied. Soit… mais au moment où il le dit, on ne comprend pas trop pourquoi… et on trouve qu’il exagère un peu.

Visite du fort, sans guide cette fois-ci. Il est surtout immense : 2,5 km de long, on a l’impression qu’on ne trouvera jamais l’entrée ! Et vu la hauteur des remparts, pas de doute sur le fait qu’il s’agisse d’un bâtiment défensif.

Remparts du Fort Rouge - Delhi - Inde
Remparts du Fort Rouge – Delhi – Inde

Une fois la première porte franchie, de nombreuses boutiques de souvenirs rappellent que depuis toujours cet endroit a été une place de commerce : à l’époque, seuls les meilleurs artisans avaient le droit d’avoir une boutique à eux ici.

On passe sous la monumentale porte des tambours pour accéder à de superbes jardins.

Un vaste hall, tout en gré rouge et au trône en marbre rappelle la puissance des maharajas qui l’occupèrent et tenaient ici audience.

Passé ce pavillon, d’autres jardins nous attendent pour une petite halte bien méritée, face aux autres bâtiments (salle de bal, et appartements de l’empereur) rappelant les fastes passés du lieu, dont l’intérieur, dédié au plaisir, contraste avec la sobriété extérieure.

On sera tout de même peinés par la vétusté et le manque d’entretien des bâtiments, qui ont été délestés de leurs pierreries d’époque et ne sont plus visitables (on ne peut pas rentrer dans les bâtiments).

C’est surtout pour nous l’occasion de commencer à plonger un peu dans l’histoire Indienne, laisser l’empire Chinois derrière nous et se concentrer sur les Moghols qui construisirent ce fort au XVIIeme siècle : Musulmans, venus du Nord de l’Inde, ils régnèrent sur quasi toute l’Inde (sauf le Sud), incluant à l’époque le Pakistan et le Bengladesh. Sha Jahan, l’un des plus puissants empereurs Moghols, décida en effet de déménager ici la capitale, qui auparavant été située.. a Agra (la ville du Taj Mahal !!!)

Le fort est également pour l’Inde un symbole de résistance et d’Indépendance : chaque année, c’est ici qu’est prononcé le discours fêtant l’indépendance de l’Inde, notamment, car il fut le lieu de départ de diverses révoltes contre les Anglais, au XIXeme siècle, puis tout de suite après la seconde guerre mondiale.

A la sortie changement d’atmosphère complet. Alors que New Delhi est une ville relativement bien organisée effectivement, avec de grands axes peut-être parfois un peu durs à traverser certes, on ne perd pas totalement ses repères (malgré les nuées de  tuk-tuks et de scooters !), Old Delhi est totalement différente ! On a un sentiment initial de chaos, on ne voit pas bien comment on va réussir à parcourir les 600 mètres qui nous séparent de la Jama Masjid. La rue face à nous est un embouteillage géant de tout sauf de voitures classiques (et tout à coup on comprend Maesh).

Capture d_écran 2018-10-31 à 07.44.26
Tuk-Tuks, Scooters, et en toile de fond, le Fort Rouge – Delhi – Inde

On est abordés par un vélo pousse-pousse. Peut être une bonne idée ? Excellente en effet : non seulement on évitera de se faire écraser par on ne sait quoi (tuk-tuk ? Scooter ? Autre ?) mais en plus le jeune-homme qui nous mène se révèle un très bon guide, nous expliquant toutes les échoppes que l’on voit, les métiers, etc… Il se faufile on ne sait comment entre les véhicules et nous plongeons tranquillement dans les arcanes du marché de « Chandni Chowk » (l’un des plus vieux marchés de l’Inde, et toujours l’un des plus grands marchés de gros du pays) et le rythme bouillonnant de l’Inde.

On visite la fameuse Jama Masjid, la plus grande mosquée d’Inde, construite sous le règne de Sha Jahan (Moghole, donc), elle aussi, elle peut accueillir 25 000 fidèles !

On finit la journée par une ultime visite : La tombe d’Humayoun, le second empereur Moghol (XVIeme siècle), mausolée abritant en réalité 150 membres de la famille royale, premier de ce type en Inde, et qui servit (peut-être) de répétition générale au Taj Mahal.

Humayoun Tomb - Delhi - Inde
Humayoun Tomb – Delhi – Inde

Porte monumentale, jardins magnifiques, bulbes, gré rouge, marbre…Patrimoine mondiale de l’Unesco (encore…)

Soleil couchant sur les vieilles pierres, palmiers, la torpeur de la fin du jour nous gagne.

Welcome to Incredible India, pour de vrai cette fois-ci ! Ça y est, on est officiellement sous le charme !

3 réflexions sur « Les merveilles de Delhi »

  1. Quelle journée !! C’est un peu Nicotour quand même… pas trop le tournis ??

    Les images sont superbes. Bravo !

    J'aime

    1. Merci pour les images Virg 🤗 ! En fait non, tout à fait gerable en rythme et puis on avait perdu la journée de la veille…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close