Hanoï, première étape Vietnamienne…en douceur

Notre avion atterrit à Hanoi le 11 Novembre. On ne verra rien de la journée, entre sieste et diner près de notre jolie maison d’hôtes : le rez-de-chaussée est occupé par un magasin de mariée (ça me rappelle Seoul). Juste le temps de s’apercevoir que la rue est occupée par pas mal de cafés qui ont l’air bien sympathiques et pas dédiés aux touristes, et qu’à deux pas, il y a des tours toute modernes. De quoi se rendre compte que le Vietnam est en pleine transformation.

Le lendemain, on continue à rester au calme. Eden a un peu de retard à rattraper au niveau devoirs et ça ne fait pas de mal de se poser. Geoffrey en profite pour expérimenter le coiffeur Vietnamien. Ca va, il revient avec la même coupe qu’à Paris. La seule différence, c’est le prix : moi de 4€. On déjeune de notre premier phô (soupe typique vietnamienne faite de bouillon frais, de pâtes à base de riz, de viande et d’herbes fraiches. Franchement délicieux et pas cher ! Maximum 2 € le phô, et ça fait un repas !).

Ici tout le monde mange sur des tables très basses et des mini-mini-tabourets en plastique. On est à la limite entre le très petit restaurant et la nourriture de rue. En fait, on se rendra compte qu’il y a énormément d’endroits comme ça au Vietnam : des restaurants de rue qui ouvrent pour quelques heures et proposent 1 ou 2 plats, très frais, et donc délicieux.

On prend un café dans un endroit très classe, juste à côté, avec un petit gâteau qui pourrait avoir été fait en France (et nous coutent plus cher que notre repas !).

Et on part à l’assaut de la ville. Hanoi a une réputation de ville très agréable à vivre, on va voir si c’est vrai. Pas mal de scooters, mais ça va, on sort d’Inde et de ses nuées de Tuk-tuks donc la chaussée nous semble bien « gérable », même si on traverse évidemment sans feu, au feeling.

On arrive vite au Lac de l’Epée restituée, parfaitement charmant. On se balade autour, on retrouve tous les petits tabourets posés pour des bars / grignotages improvisés. C’est chouette ! On se sent bien. Ici des artistes dessinent, des jeunes amoureux flânent, des enfants jouent, des mamies font de la danse (et essaient même de nous entrainer), de jolies jeunes-filles se font prendre en photo en tenue traditionnelle.

Selon la légende, le futur empereur Lê Thai Tô, qui repoussa les envahisseurs chinois au XVeme siècle, reçut un jour d’un pêcheur une épée repêchée dans le lac. Il bâtit alors les Chinois. Et 10 ans plus tard, alors qu’il traversait le lac, une tortue l’aborda et lui réclama d’épée, au nom du « Roi-Dragon ». Il comprit alors que l’épée lui avait été transmise dans le but de chasser les Chinois.

Depuis, les empereurs n’ont eu de cesse d’embellir les rives du lac. Témoin le petit pont rouge qui l’enjambe, pour mener au temple Ngoc Son sur son île.

On atteint le bout du lac, face au théâtre de marionnettes sur l’eau, a priori très réputées. Il est 18H et le spectacle va bientôt commencer. OK, on y va, même si c’est fait pour les touristes. Geoffrey et moi ne sommes toujours pas plus marionnettes que ça, mais celles-ci nous bluffent quand même. Elles évoluent dans l’eau, accompagnées de musiques et chants traditionnels interprétés en direct. Elles content la vie au champ au Vietnam, les animaux sacrés (Dragon, Licorne, Tortue et Phénix). L’art de la marionnette sur l’eau au Vietnam remonte au XIXeme siècle, c’est donc un peu plus qu’un spectacle pour touristes qui nous est offert.  On passe un moment très poétique.

En sortant, il est l’heure de diner. Des petits tabourets nous attendent pour de nouveaux plats : Raviolis Vietnamiens, Nems et Salade mixte. Toujours aussi frais, toujours aussi bons. On va se régaler au Vietnam !

On rentre par le lac. Vraiment une chouette ville Hanoi pour notre premier jour !

Le 13 Novembre, on visite vraiment la ville et on démarre par le temple de la Littérature, dédié à Confucius, et qu’on nous a fortement conseillé. De quoi commencer à nous plonger dans l’histoire du Vietnam également.

On passe les portes, les cours, les lacs de nénuphars, le pavillon de la Constellation des Lettres, symbole officiel de la ville. Ceci nous rappelle beaucoup la Chine et le Japon…

Le temple de la Littérature n’avait pas vraiment de lien avec la Religion au départ : Fondé autour de l’an 1000, il accueillait les fils d’aristocrates et de mandarins (ces hauts fonctionnaires lettrés) et a gardé cette vocation de lieu d’enseignement basé sur le confucianisme jusqu’en 1915.

Il faut savoir que le pays fut dominé par la Chine pendant près de 1000 ans (non non, il n’y a pas un 0 en trop : 1000 ans !). Il a donc fortement été influencé par son grand voisin, notamment en ce qui concerne les mandarins : chaque année avec lieu un concours (purement littéraire, il incluait notamment la poésie ! Et si on mettait ça au programme de l’ENA ?) permettant d’intégrer le prestigieux collège donnant accès à la fonction. Ainsi tout le monde, quelle que soit son origine sociale, avait l’opportunité d’accéder aux plus hautes fonctions. Un peu de démocratie avant l’heure ? Les lauréats avaient droit à un diner avec l’empereur et un cheval pour revenir triomphalement fêter leur concours dans leur village.

On admire également les fameuses 82 stèles, véritable trésor national (caché pendant la guerre) qui indiquent pour chaque année scolaire les lauréats aux concours, sur une carapace de tortue, animal sacré et symbole de longévité au Vietnam.

On croise des dizaines de jeunes filles et garçons superbement habillés : Filles en Ao Dai, la tenue traditionnelle, et garçons en costume, posant dans les cours du temple. Que font ils ? On demande, bien intrigués. Ils viennent ici fêter leur diplôme tout neuf. C’est semble-t-il une tradition.

La visite achevée, on se rend au Mausolée et au Palais d’Ho Chi Min. Là, l’influence est tout autre… Ce n’est pas la Chine ancestrale mais communiste qu’on ressent. Bâtiments hérités de l’époque coloniale recyclés en palais révolutionnaires, immense esplanade de verdure, gardes en uniformes et Mausolée dans le plus pur style stalinien, même si ce n’est pas ce que souhaitait l’Oncle Ho (on l’appelle comme ça ici) : Il voulait que ses cendres soient répandues équitablement sur les trois régions : le Nord, le Centre, et le Sud, en symbole d’unification du pays. On ne visitera pas. Envie de retrouver la douceur d’hier.

Direction le quartier des 36 corporations, où l’on vend de tout !  On s’amuse dans cette rue improbable, traversée par une voie de chemin de fer, à moins de 1 mètre des maisons. Comme le train passe peu, des petits bars ont élu domicile le long des voies ! On se retrouve face à la Cathédrale (bon, elle n’a pas grand chose d’exceptionnel, elle témoigne juste du passé colonial de la ville, et est entourée de bars vraiment très chouettes aux consonances bien de chez nous. On découvre l’Eden Bar et son rooftop. Celui-là est fait pour nous, forcément ! Joli cadre et Super jus de fruit frais et cocktails ! Moi je dis le Vietnam, c’est cool ! On finit la journée autour du Lac de l’épée sur lequel j’ai vraiment flashé, sur nos mini-tabourets de la veille, et on rentre, en cyclo-pousse (là, bof, pas tellement d’intérêt de faire ça…).

Le 14 Novembre, c’est notre dernier jour à Hanoi. On part visiter le Musée National d’Histoire Vietnamienne, situé dans un très beau bâtiment colonial, réunissant architecture occidentale et locale, et qui abrite également l’École française d’Extrême-Orient, liée à l’archéologie et à l’ethnologie.

On y découvre pêle-mêle des bouddhas, des armes, des bijoux, des ustensiles de maison, des stèles, retraçant l’histoire du Vietnam de la préhistoire à nos jours. Certes, la scénographie n’est pas la meilleure, mais on traverse les siècles et on comprend un peu mieux les grandes dynasties (Ly, Tran, Ho, Le, Tai Son, NGuyen) et les influences qu’à subi le pays (Chinois, Mongols, puis Français, et Américains, avant de se libérer enfin). On comprend également que le pays fut souvent coupé en deux, originellement entre un Nord influencé par la Chine, L’Annam, le Royaume de Champa au centre, et l’empire Kmer au Sud.

En regagnant le Lac de l’Epée restituée, on traverse les belles bâtissent de l’époque coloniale, notamment l’Opéra, pour finir…au Mc Do !! Oui, Eden n’a pas été malade en Inde, mais ne mangeait que peu car nourriture trop épicée pour elle. Et on pense qu’elle a perdu du poids. Alors, en parents complètement dingues, on lui propose un Mc Do qu’elle ne réclame pas. Avec un Gros big Mac, du Coca ET des frites ! Oui Oui ma chérie, et non, tu ne prends pas le menu « Happy Meal ». Complètement fous ces parents !!

Burger avalé, on file à la gare : cet après-midi on prend le train, direction Ninh-Binh, la porte d’entrée à la Baie d’Halong terrestre. Trajet bien typique dans un train hors d’âge, et des vietnamiens adorables autour de nous, qu’on intrigue pas mal ( les touristes ne prennent pas trop le train pour Ninh-Binh ?).

1 réflexion sur « Hanoï, première étape Vietnamienne…en douceur »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close