Welcome to Philippines – Palawan !

Le 13 décembre, nous décollons de Hong-Kong, direction Puerto Princesa, via Manille.

Nous n’avions pas d’idée préconçue sur les Philippines, pas de rêve à réaliser sur place. Ce fut plutôt un choix « par défaut » au départ : Nous pensions initialement nous rendre au Sulawesi, en Indonésie, recherchant une destination « Mer » après nos trois premiers mois.

Finalement, nous nous étions déjà rendus en Indonésie deux fois par le passé et avions pu découvrir Bali, Java et Lombok. Alors, même si le Sulawesi est encore très différent, nous pensions que découvrir un nouveau pays serait plus en accord avec notre Tour du Monde (ie : Réaliser nos rêves, ne pas nous « perdre » dans des pays trop grands méritant du temps à eux tout seuls, et ne pas retourner dans des pays déjà visités par le passé, découvrir de nouvelles cultures).

Morgan, un collègue, s’était rendu aux Philippines quelques mois plus tôt, et m’avait montré 1 ou 2 photos à l’eau turquoise… De quoi faire saliver et donner envie d’en savoir plus sur le pays, pour réaliser, en surfant sur le net, toute la beauté et la diversité de l’archipel, et nous convaincre d’y aller. Les Philippines seront donc notre dernière destination Asiatique.

Par contre, on cherche à éviter de passer trop de temps dans les transports cette fois-ci (on achève le Vietnam) et on prend le parti de ne séjourner que sur trois Iles en un mois, d’autant plus que nos amis viennent nous rejoindre avec leurs petites familles pour les fêtes, et qu’on va privilégier nos retrouvailles et de faire des choses ensemble que d’alourdir encore leurs 20 et quelques heures de vol avec du transport intérieur.

Alors en les attendant, notre première destination sera Palawan, l’une des plus grandes iles de l’Archipel, assez mythique avec son Archipel de Bacuit, et parce qu’y fut tourné la saison 7 de Koh Lanta.

Premieres images des Philippines, vues du Ciel
Premieres images des Philippines, vues du Ciel

Pour la petite histoire, un groupe de nos amis et nous organisons depuis des années des soirées Koh Lanta, une bonne occasion de se réunir autour d’un bon repas, en regardant les candidats s’affronter le ventre vide. He oui, en vrai on côtoie certains fans de Denis Brogniart ! De quoi leur faire un joli clin d’oeil ! (Dédicace à Marc, Mag, Virg, Bea, AnneLo, Delph, Arno…et pensée à Guigui).

En arrivant à Manille, nous sommes accueillis dans l’aéroport par….une Messe ! Ha oui, on approche de Noël, et les Philippins sont très très catholiques (300 ans de domination Espagnole, ça laisse des traces) ! On a beau le savoir, ça change du Bouddhisme ou de l’Hindouisme dominants dans les pays précédemment traversés, et nous parait ici le comble de l’exotisme !!

On n’a plus trop l’impression d’être en Asie, en réalité…

Nous avons décidé de ne pas visiter Manille (trop grande ville, trop grouillante, on en a déjà visité beaucoup) ni Luzon, l’Ile du Nord sur laquelle elle se trouve, car les paysages ont l’air assez similaires au Vietnam (en réalité je pense que Luzon vaut vraiment le coup. Une île très nature, avec des rizières parait-il parmi les plus belles au monde).

C’est donc bien fatigués que nous atteignons Puerto Princessa quelques heures plus tard. Notre petite Guesthouse se trouve sur l’artère principale de la ville, qui regroupe pas mal de petits restaurants et hôtels. On y sort diner. Face à nous, un joli parc plein de décos de Noël assez kitchs accueille un concert, et des petites tentes où on peut boire un verre, déguster quelques petites bouchées. Atmosphère calme et bon enfant.

Decos de Noel Kitchs et jet d'eau dans le parc de Puerto Princesa - Palawan - Philippines
Décos de Noël Kitchs et jet d’eau dans le parc de Puerto Princesa – Palawan – Philippines

On découvre le Jus de Calamansi (un espèce de petit citron local, assez doux et moins acide que les nôtres). Hum… j’adore ! On peut aussi apprécier pour la première fois la gentillesse du peuple Philippin, leurs sourires, et… qu’ils parlent un très très bon Anglais ! Ha, voila qui va enfin faciliter la communication, parfois laborieuse, avec les gens du pays. Le petit concert finit de nous détendre. L’ambiance des îles commence déjà à nous gagner…

Le lendemain, une très grande journée de route nous attend : on part au Nord de l’île, et une fois de plus, on a mal anticipé les temps de transport : au final, il nous faudra presque 8H pour rejoindre nos petits bungalows ! Une aventure épique… en Minibus, et là où on commence à comprendre que les Philippines, ce n’est pas le Vietnam, et qu’il va falloir être…patients !

Tout avait pourtant bien commencé : Rendez-vous était pris « entre 7H et 8H » pour un ramassage à notre hôtel. Le van arrive à 7H10 (parfait) alors qu’on l’attend devant un café. Le chauffeur nous dit « pas de souci, finissez vos cafés tranquillement », ce qu’on fait. Mais lorsqu’on arrive au Van, nous nous rendons compte que celui-ci est déjà quasi plein, et qu’une bonne demi-douzaine de personnes souriantes attendent donc gentiment qu’on daigne finir notre café (!) La Honte !! Visiblement, il n’y a que nous qui sommes ennuyés…. Encore un ou deux hôtels, et nous sommes une petite douzaine dans le van, que nous considérons donc comme « plein ». Nous pensons partir. Erreur ! Le chauffeur se rend à la gare routière, pour nous ne savons quelle raison. Une personne monte, puis on attend, on attend, longtemps, une demi-heure, une heure, une heure trente. Sans explication, et alors que le soleil commence à taper dur (forcément, on ne roule pas, donc pas de clim). Visiblement, on attend « quelqu’un ». Ben, tant pis pour lui, il est trop en retard, là ! Au final, on part à 9H30, sans le fameux inconnu tant attendu…

« Gare Routière » philippines et les fameux « Minivans » – Puerto Princesa – Palawan – Philippines

On comprendra des jours plus tard qu’en fait ces vans ne partent qu’à plein (c’est à dire 14 personnes très très serrées) et que nous n’étions que 13. Ha… on commence aussi à comprendre que les Philippins ont beau bien parler Anglais, on va devoir s’adapter à un autre souci de communication…

C’est donc à 13 (on récupèrera bien un quatorzième en route) avec des sacs sous nous, sur nous et derrière nous, et des poules enfermées dans un carton caquetant dans les oreilles de notre voisin de derrière qu’on part enfin pour 6H de voyage.

Une fois que chacun a pris ses marques, finalement, l’ambiance est bonne, les gens toujours aussi adorables. Et commence notre traversée de Palawan. On se rend compte de la beauté de l’île ! Splendide. Contrairement aux pays traversés jusqu’alors, ici, tout l’intérieur de Palawan est vierge d’habitations. A peine quelques rizières apparaissent entre les forêts de palmiers et de bananiers. Et puis l’île est montagneuse, ce qui contribue d’autant plus au charme des paysages. On est donc plongés dans une verdure aussi luxuriante que le Mekong, mais inhabitée ou presque. Au détour d’une colline, on aperçoit la mer, en contrebas. C’est moi ou l’eau est turquoise là-bas ? Petite halte sur une aire de repos toute simple, mais à la vue imprenable. Rien que pour ça, finalement, je suis contente d’avoir pris ce minibus ! Enfin, on sera contents d’arriver quand même, que les choses soient claires 😉

Sur la route Puerto Princesa - El Nido - Palawan - Philippines
Sur la route Puerto Princesa – El Nido – Palawan – Philippines

Il arrive d’ailleurs enfin à El Nido, LE lieu touristique du Nord de l’ïle, là d’où partent tous les bateaux pour visiter le fameux archipel du Bacuit. On traverse la ville qui visiblement grossit comme un champignon. Des hôtels en construction partout. He bien, on a bien fait de ne pas loger là !

Encore une petite heure et après plusieurs haltes pour déposer des gens dans des villages aux plages paradisiaques, nous arrivons enfin à Sibaltan, à l’Est de l’Ile (El Nido est à l’Ouest), notre plage à nous.

Ouf, pas mécontents de descendre quand même !

Ici… he bien.. on est très très loin du tourisme de masse. On atteint finalement nos petits bungalows sur la plage à pied, par un tout petit chemin côtier. Bon, OK, l’eau n’est pas turquoise ici, et c’est marée basse. Mais les paysages sont quand même très très beaux !

Eden sur notre plage de Sibaltan - Palawan - Philippines
Eden sur notre plage de Sibaltan – Palawan – Philippines
Mini Ile en face de notre plage - Sibaltan - Palawan - Philippines
Mini Ile en face de notre plage – Sibaltan – Palawan – Philippines

Les trois jours suivants, nous flottons un peu, ayant du mal à trouver nos marques ou la motivation suffisante pour partir à l’aventure. Et puis le lieu dans lequel nous logeons invite à la douceur de vivre. Abris en bois et osier le long de la plage, hamac, balançoire, bangkas (bateau traditionnel Philippin) amarrées un peu plus loin… on est bien ici non ? Il y a bien ce gros lézard (genre 40 cm) découvert dans notre chambre, mais on sait aussi qu’il nous préserve des moustiques. Et puis c’est gentil les lézards..

En réalité on est bien, mais un peu déçus aussi…On a vu tellement de turquoise en traversant l’île (et en photo avant de partir)…qu’ici la plage est belle mais ses eaux si peu profondes qu’elles dissuadent de la baignade, nous laisse un peu sur notre faim…Il fait beau, mais il souffle un vent très fort…Et nous sommes un peu captifs de notre hôtel qui pratique des prix assez « aléatoires » (ex : Le petit déjeuner est inclus, mais on se rend compte que le budget qu’il nous fixe pour le prendre dans les choix « à la carte » ne nous permet pas de commander trois véritables petit déjeuner, le Happy Hour….. en réalité il n’y en a plus. C’était « avant »..) et dans tous les cas, ces prix sont assez supérieurs à ce qu’on avait l’habitude de dépenser au Vietnam ou en Inde…

Nous profiterons de ces trois jours pour poursuivre l’écriture du carnet de voyage, faire faire ses leçons à Eden, et se balader le long de la côte. Ici, on découvre d’autres petits bungalows perdus en retrait de la plage, un peu plus loin, un village, au cimetière le plus proche de la plage jamais vu (les morts d’ici ont une sacrée vue !).

Eden à la balançoire - Sur notre plage de Sibaltan - Palawan - Philippines
Eden à la balançoire – Sur notre plage de Sibaltan – Palawan – Philippines
Dur de bosser ici - Sibaltan - Palawan - Philippines
Dur de bosser ici – Sibaltan – Palawan – Philippines
L'heure des leçons - Sibaltan - Palawan - Philippines
L’heure des leçons – Sibaltan – Palawan – Philippines
Vue de notre terrasse - Sibaltan - Palawan- Philippines
Vue de notre terrasse – Sibaltan – Palawan- Philippines
Sur la plage - Palawan - Philippines
Sur la plage – Palawan – Philippines
Dans le hamac, sur notre plage de Sibaltan - Palawan - Philippines
Dans le hamac, sur notre plage de Sibaltan – Palawan – Philippines

Et puis le soir, les chorales philippines du village viennent nous chanter leurs chants de Noël, sur la plage (« I wish you a Merry Merry chrismass »), ce qui nous met en joie, et nous rappelle les 50 ans de domination Américaine de l’île (une fois les Espagnols partis) qui ont laissé quelques empreintes également.

Chorale de Noel - Sibaltan - Palawan - Philippines
Chorale de Noel – Sibaltan – Palawan – Philippines

C’est aussi l’occasion de faire des rencontres, comme ce Hollandais super sympa, qui a décidé il y a longtemps de « passer sa vie à voyager » : il ne travaille que 3 mois par an, installant l’eau sur les festivals l’été. Un métier dur et physique, où il travaille souvent 16H par jour, 7 jours sur 7. Mais avec l’argent accumulé, il vit les 9 autres mois de l’année, dans son van, en faisant de la musique ou en peignant, ou parfois comme ici, en campant pour découvrir un pays plus lointain. Ou cette femme, d’origine Ukrainienne, mariée à une autre femme, qui se sont installées au Canada pour se marier, et qui élèvent leur fils lui faisant classe elles-mêmes. Nous découvrons un jeune bien dans sa peau, curieux de tout. Il a 12 ans, et 3 ans d’avance dans certaines matières. Tout est pour lui l’occasion d’apprendre. Elles visitent la Grèce ? Parfait pour devenir « expert » en mythologie. Et c’est lui qui guide ses mères parmi les Dieux du Panthéon. L’une est infirmière, l’autre bloggeuse. En concentrant toutes les congés de celle qui est infirmière, elles peuvent partir 3 mois à la suite, et découvrent ainsi une nouvelle région du globe chaque année avec leur fils. Et puis cette petite mamie, toute « bien mise », qui a l’air perdue dans cet établissement majoritairement occupé par des backpackers. En réalité, en discutant avec elle, on se rend compte qu’elle est bien puis baroudeur que nous ! Elle est Américaine mais est partie de son pays il y a plus de 30 ans, pour travailler dans divers pays, alors…quand sa retraite est arrivée, elle a décidé de continuer à voyager, pour son plaisir. Et ça fait 4 ans que ça dure. Respect…

On participe aussi à un « anniversaire » : En réalité, le club de plongé de la plage a un an, et fête ça comme il se doit aux Philippines : Ils ont privatisé le restaurant sur la plage qui jouxte nos bungalows, et ils ont cuisiné un lechon : c’est un cochon de lait entier cuit à la broche. On y vient soit parce qu’on est amis du club, soit comme nous, en participant au prix du repas. Ambiance festive ici ! Chouette, et le lechon, un régal ! On y rencontre aussi un Français, installé avec sa petite famille à Manille, et qui est ici en vacances, où il a une maison. Il est consultant en organisation. Et il nous explique que le pays se développe vite, et lui et ses enfants (ados) adorent la vie à Manille. Moi comme ça, je n’aurais pas pensé qu’on puisse aimer vivre à Manille, comme quoi, il ne faut pas rester sur des préjugés et on aurait peut être dû prendre 1 jour ou 2 pour visiter la capitale, peut être plus si dangereuse que ça. Bon, OK, il vit dans un quartier d’expats..

El Lechon ! - Palawan - Philippines
El Lechon ! – Palawan – Philippines

On a bien compris que ce qu’il y avait de plus intéressant à faire dans la région, c’est le « Hopping Island ». Le principe est de passer la journée à naviguer d’Île en île, en s’arrêtant sur certaines pour leur point d’intérêt. On essaie d’organiser la sortie vers les îles qui se trouvent en face de notre hôtel. Pas facile car il y a peu de monde, et il faut être « minimum 6 » pour que le bateau parte… Quand enfin on trouve des « amis » qui veulent bien nous accompagner une tempête s’abat durant la nuit…et dans notre petit bungalow sans porte entre la terrasse et la chambre, on n’en mène pas large. On doit pousser les sacs pour qu’ils ne soient pas trempés ! Au petit déjeuner, il ne pleut plus, mais la promenade en mer est annulée. Trop de vent ! Grrr !

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog ! 😉

3 réflexions sur « Welcome to Philippines – Palawan ! »

  1. Gouverneur Pierre 27/01/2019 — 19:14

    Nous avons savouré et les photos et le commentaire et..le lichons…tout est fantastique… Eden se fond
    merveilleusement aux si beaux paysages, (magnifique). On en redemande . bisous.

    J'aime

  2. Bonsoir ,
    Merci pour ce chouette reportage sur Palawan !
    Pourriez vous nous donner les noms des hôtels que vous avez choisis ? Merci
    Camille

    J'aime

    1. jfrancequin 13/10/2019 — 22:42

      Bonjour jabou. Sur palawan nous etions dans un petit hôtel / bungalow appelé tapik

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close