Huahine, l’île sauvage et féminine

Dans l’après-midi du 2 Mars nous prenons l’avion à Moorea, direction Huahine. Rapide vol pour rejoindre celle qu’on appelle l’île “authentique”, ou l’île “féminine”.

Arrivée à Huahine - Lagon vu du ciel - Polynésie
Arrivée à Huahine – Lagon vu du ciel – Polynésie

En effet, avec ses 6000 habitants, Huahine a su rester sauvage, préservée des hôtels de luxe, contrairement à d’autres îles sous le vent. Ici, on vient surtout pour loger dans des petites pensions et profiter du calme ambiant, loin de l’effervescence de Tahiti, à 200 km…

Son nom ? Il y a débat, mais Huahine signifie littéralement “le sexe de la femme” (Hua = Sexe / Hine = Femme).

On ne sait si ce nom lui provient du profil étrange de femme enceinte que forme le mont Tavaiura sur la presqu’île de Fitii : la ligne de crête flottant au dessus de la baie de Maroe dessine en effet une femme enceinte allongée, avec son front, son nez, sa bouche, son menton, et son ventre. C’est d’ailleurs ce profil qui est repris pour dessiner l’île de Vainana (le dessin animé de Disney : Elle vient de Huahine cette petite !)

Une autre hypothèse : Huahine a quasi toujours été gouvernée par des reines. D’ailleurs, Pomare IV, la reine de Tahiti sous le protectorat Français, au XIXeme siècle, est l’arrière petite fille de la reine Tehaapapa, qui gouvernait Huahine quand James Cook découvrit l’île en 1789.

Bref, dans tous les cas, Huahine est par essence féminine, le “Jardin d’Eden”, et nous avions très envie de la découvrir.

A l’aéroport, nous sommes accueillis par Flora, qui vient nous chercher avec son pick up pour nous mener à sa Pension, le Tifaifai et Café, qu’elle tient toute seule, près de Maeva.

Arrivée à Huhaine - Polynésie
Arrivée à Huhaine – Polynésie

Nous arrivons dans une jolie bâtisse polynésienne, face à la mer. Flora a aménagé sa maison dans le plus pur style local : meubles de bois blanc et tissus à fleur turquoise, grande pièce à vivre donnant directement sur la mer. Notre chambre est tout aussi charmante. Super ! Seul point d’ombre : Flora habite tout au bout de l’île. Et il y a des problèmes d’eau…On aura tout le long de notre séjour du mal à avoir de l’eau courante dans notre chambre. Mais elle se débrouillera pour que ceci ne nous pèse pas.

Il est déjà assez tard, et nous décidons de diner chez elle (elle fait table d’hôtes). Sa maison donne juste sur l’océan. Magnifique ! Mais encore un endroit où il nous sera difficile de nous baigner par manque de fond et à cause du corail… juste de quoi adopter la technique désormais bien connue du trempage…  En sortant, Eden joue avec Belle, la chienne de la maison. Et nous, en attendant le dîner, nous en profitons pour admirer le coucher de soleil sur la mer, avec un petit apéritif.

Coucher de soleil au Tifaifai et café - Huahine - Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et café – Huahine – Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie
Apéro Time au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Apéro Time au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Coucher de soleil au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie

Nous dinons avec deux jeunes filles qui logent aussi sur place.

Emilie et Manon travaillent toutes deux à Tahiti et sont venues à Huahine pour se reposer quelques jours. Apparemment, le Tifaifai et Café est une vraie institution pour les jeunes expats travaillant à Tahiti et de passage à Huahine, une adresse qu’on se repasse. Le diner est délicieux (poisson cru à la chinoise, poisson perroquet au four…) et Flora se révèle une hôte adorable.

Même si elle a largement dépassé les 70 ans, elle est pleine d’énergie et a eu une vie incroyable. Elle fait partie de ces enfants qui ont été adoptés par un membre de leur famille parce que les parents devaient travailler ou changer d’île. Une tradition encore aujourd’hui importante en Polynésie, difficile à appréhender pour nous, et qui détend les liens familiaux. En réalité, Flora a souffert de cette situation, et en veut assez à sa mère. Mais elle a reçu une très bonne éducation par ailleurs. Un peu difficile de savoir de quelle mère elle parle quand elle l’évoque, donc…

Aujourd’hui, elle adore surtout voyager, et son esprit curieux fait qu’elle s’intéresse à tout. D’ailleurs elle part bientôt en Chine. La télévision ? Difficile à capter ici ! Du coup, je lui présente Molotov. Très à l’aise sur son IPad, elle est conquise par l’application en 5 minutes. Suis assez fière…L’UX produit a fait son effet ! Bravo la team !!

Après le dîner chez Flora - Comment fonctionne Molotov ? - Polynésie
Après le dîner chez Flora – Comment fonctionne Molotov ? – Polynésie

Le lendemain, 3 mars, nous louons une voiture pour faire le tour de l’île. Enfin, des îles : Huahine ce sont en fait deux îles, volcaniques, Huahine Nui (la grande, au Nord, où nous logeons) et Huahine Iti (la petite, au Sud), reliées par un ithme étroit, un simple pont entre les baies de Maroe et de Port Bourayne. Elles se partagent le même lagon, et sont entourées de jolis motus.

Huahine est essentiellement agricole. Pas de ville, juste quelques petits villages, et encore. Une culture de la pastèque et du melon sur les motus.  Un peu de coprah, de pêche…On y vit de pas grand chose… mais on y profite de la douceur de vivre.

La propriétaire de notre voiture de location vient directement nous l’apporter le matin chez Flora. Adorable ! Et nous voilà partis. A la sortie de Maeva, un petit pont enjambe une rivière, qui sépare l’île Nord d’une petite bande de sable, formant un peu plus loin le lac Fauna Nui, en réalité un bras de mer. Juste avant le pont, nous nous arrêtons, intrigués par des tombes d’anciens capitaines au long cours. Sous le pont, des pièges à poisson sont installés depuis des siècles, faits de gros blocs de corail disposés en V, labyrinthes d’où les poissons ne peuvent s’échapper….

Tombe de capitaine au long cours - Huahine - Polynésie
Tombe de capitaine au long cours – Huahine – Polynésie
Pièges à poissons ancestraux - Huahine - Polynésie
Pièges à poissons ancestraux – Huahine – Polynésie

Un peu plus loin, ce sont plusieurs Marae qui nous attendent, parmi les plus anciens vestiges des îles sous le vent, datant probablement du XVIeme siècle. Nous visitons le Marae Manunu, imposant, face à la mer, voué à Tane, Dieu de la guerre et de la pêche, propre à Huahine. Avec les marae de l’autre côté de la route et les pièges à poissons juste en amont, les archéologues en ont déduit que cet espace était le siège de l’ancien pouvoir royal, habité par des aristocrates.  

Il faut dire qu’Huahine, avec ses reines puissantes, fut l’un des derniers bastions indépendants de Polynésie : Alors que les Marquises furent annexées par la France dès 1842 et que les îles sous le Vent devinrent une colonie française en 1880, il fallut attendre 1897 pour que le royaume de Huahine se soumette.

Imposant Marae Manunu- Huahine - Polynésie
Imposant Marae Manunu- Huahine – Polynésie
Marae et Palmiers - Huahine - Polynésie
Marae et Palmiers – Huahine – Polynésie
Marae et Palmier- Huahine - Polynésie
Marae et Palmier- Huahine – Polynésie
Visite de Marae - Huahine - Polynésie
Visite de Marae – Huahine – Polynésie
Câlin dans le Marae Manunu - Huahine - Polynésie
Câlin dans le Marae Manunu – Huahine – Polynésie
Marae Manunu - Huahine - Polynésie
Marae Manunu – Huahine – Polynésie

A côté du Marae se tient le Fare Potee, reconstitution d’une maison commune de forme ovale de l’époque, et désormais musée archéologique. Mais nous ne pourrons pas le visiter, pour cause “de deuil”. Il parait qu’il y a certains soucis de personnel, et qu’il est rarement ouvert. Dommage. Il en sera de même pour le musée du coquillage, fermé. Peut être parce qu’on est dimanche ?

Fare Potee - Huahine - Polynésie
Cocotier, Marae et Fare - Huahine - Polynésie
Cocotier, Marae et Fare – Huahine – Polynésie
Tentative de visite du Fare Potee - Huahine - Polynésie
Tentative de visite du Fare Potee – Huahine – Polynésie
Tentative de visite du Fare Potee - Huahine - Polynésie
Tentative de visite du Fare Potee – Huahine – Polynésie

Nous doublons Fare, la capitale de l’île, sans nous y arrêter, descendant la côte Ouest et la Presqu’île Fitii. Avec sa douceur féminine, le relief d’Huahine est bien moins abrupt que celui de Tahiti ou Moorea. Nous accédons bientôt au fameux pont qui joint les deux îles et passons sur l’île Sud. Nous nous arrêtons juste avant la baie d’Aeva pour un pique-nique sur un promontoire fleuri (ils organisent des concours de Jardins fleuris à Huhanine), face à une mer d’un bleu intense. Nous avons renoncé à aller déjeuner chez Tara, juste à côté, une autre institution de l’île, en particulier pour ses déjeuners traditionnels du dimanche. Pas envie de passer trop de temps à table, et la vue depuis notre promontoire vaut toutes les bonnes tables du monde….Tiens d’ailleurs il y a une petite raie juste en dessous de nous !

Vue depuis notre table de pique-nique - Huahine - Polynésie
Vue depuis notre table de pique-nique – Huahine – Polynésie
Vue depuis notre table de pique-nique - Huahine - Polynésie
Vue depuis notre table de pique-nique – Huahine – Polynésie

L’appel de l’eau est trop fort ! Et puis la baie d’Aeva au Sud de l’île Sud, donc, est l’un des endroits les plus propices à la baignade. Nous nous arrêtons sur une jolie plage, cette fois-ci assez large, pour barboter dans le lagon. Trop trop bien ! Même si on ne fait pas de vrai snorkeling…

A quelques mètres, le Marae Anini, dédié à Oro (dieu de la guerre) et Hiro (dieu des voleurs), côtier lui aussi, mais plus récent que ceux du Nord, nous accueille. Sa plate forme témoigne du fait qu’on y pratiquait les sacrifices humains jusqu’au début du XIXeme siècle. Gloups…

Lagon et Palmiers au Sud de l'île - Huahine - Polynésie
Lagon et Palmiers au Sud de l’île – Huahine – Polynésie
Lagon et Palmiers au Sud de l'île - Huahine - Polynésie
Lagon et Palmiers au Sud de l’île – Huahine – Polynésie

Nous remontons ensuite l’île Sud, doublons les paisibles petits villages de Mahuti et Tefaferii (“La Maison des rois”), en se demandant ce que ce dernier a bien pu avoir de royal un jour (pas de Marae à l’horizon).

Nous atteignons bientôt la profonde et verdoyante baie de Maroe, nous traversons à nouveau le petit pont qui sépare les deux îles, puis montons au belvédère qui offre une vue imprenable sur la baie.

Depuis le Belvédère - Vue sur Huahine - Polynésie
Depuis le Belvédère – Vue sur Huahine – Polynésie

Notre dernier arrêt sera pour le village de Faie, peut être le plus célèbre de l’île : une petite rivière coule ici, abritant d’énormes anguilles que les habitants viennent nourrir chaque jour. Elles sont pour eux sacrées, promesse d’abondance et de pureté. Et c’est vrai qu’elles sont vraiment énormes !

Nous achevons ainsi notre tour des îles. Belle et dense journée. Heu… Mon chéri, on a oublié nos T-Shirts anti-UV lors de notre pose trempette-bronzette au Sud de l’île Sud. Et voici Geoffrey qui repart, et retraverse une bonne partie de ce qu’on a fait aujourd’hui…Il retrouve les T-Shirts, que des habitants, venus faire la fête sur la plage, avaient bien mis de côté. Merci les amis ! Et bravo à toi mon chéri !

Ce soir, nous avons décidé de laisser Flora souffler un peu, et d’aller dîner aux roulottes de Fare. Un bon poisson à la Tahitienne, ça ne se refuse pas ! Nous y retrouvons la propriétaire de la voiture, qui nous ramène ensuite chez Flora.

Le 4 Mars, pas de voiture. Nous flânons toute la matinée chez Flora, face à la mer. Nous en profitons pour qu’Eden fasse un peu plus de leçons… Vu le cadre, c’est plutôt sympa l’école ici.

L'heure des leçons - Chez Flora - Huahine - Polynésie
L’heure des leçons – Chez Flora – Huahine – Polynésie
Chez Flora, au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Chez Flora, au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie
Devant chez nous, au Tifaifai et Café - Huahine - Polynésie
Devant chez nous, au Tifaifai et Café – Huahine – Polynésie

Et puis cet après-midi, nous décidons de partir faire du snorkeling au très réputé jardin de corail, à deux pas de chez Flora, au bout du chemin. Belle, la chienne de la maison, a décidé de nous accompagner. Mais Belle, retourne d’où tu viens ! En plus tous les chiens des maisons environnantes aboient quand on passe. Rien à faire, la chienne a décidé de venir avec nous !! Nous atteignons la barrière indiquant la fin de la route, et l’entrée de l’ancien Sofitel, abandonné depuis longtemps. Le coin est un peu triste. On y voit encore l’ancienne piscine, les fondations des anciens bungalows… Il ne reste plus que des vestiges de ce grand hôtel, au milieu d’une nature en train de reprendre ses droits. Le jardin de corail se trouve sur la gauche. Gloups… Il y a pas mal de courant ici….

Par contre quand on met la tête sous l’eau, que c’est beau ! Un vrai joli snorkeling, sans raies ni requins mais avec enfin du très beau corail et toutes les petites bêtes qui vont avec. Sauf… sauf que Belle n’ose pas rester sur le bord, car des chiens sont venus défendre leur territoire. Elle se jette à l’eau avec nous. Alors, un chien, ça nage, mais…finalement moins bien qu’un humain, on vous le dit. Et voilà Belle qui se fait emporter par le courant…et qui, en panique, s’accroche à nous !!! Vous avez déjà essayé le snorkeling avec un chien accorché aux épaules ? Nous oui. Pas facile, facile. On snorkle finalement à moitié, et on rit l’autre moitié en soutenant Belle. Incongru mais bonne humeur assurée, oui !!

Après l’effort, le réconfort : on a repéré, toujours sur la route qui jouxte la propriété de Flora une “Galerie de peinture qui vend des glaces” (faut être polyvalent sur les îles) et depuis l’avant veille on s’est promis d’aller y faire un tour. Nous voici donc repartis dans l’autre sens, Belle toujours sur nos talons ! Sauf que notre peintre-marchande-de-glace a elle aussi des chiens bien décidés à ne pas laisser rentrer d’autre cabot. Geoffrey est bon pour ramener Belle auprès de Flora cette fois ! Ses chiens calmés, on passera un délicieux moment chez Mélanie : elle est Américaine, et peintre, et a élu domicile  ici il y a pas mal d’années, sous le charme de la douce Huahine. Elle y a posé son atelier, qu’elle nous fait visiter, et vend des glaces aux quelques touristes de passage. Elle prépare une grande expo pour Tahiti. Sa peinture est lumineuse, et reflète à merveille la joie et la douceur Polynésienne. On adore. En réalité, Mélanie est l’une des peintres les plus connues de Polynésie, et expose un peu partout, sur les îles mais aussi aux USA… Quelle chance on a de visiter comme ça son atelier ! Bon, on ne va pas craquer tout de suite sur une oeuvre. On avait juste décidé de craquer sur une glace, au départ…

Des paillettes dans les yeux entre le jardin de corail et les toiles de Mélanie, nous retournons chez Flora pour un dernier diner. Elle nous a mitoné un excellent poisson au coco. Hum !

Mais décidément, nos séjours sur chaque île sont bien trop courts… Demain nous partons déjà aux aurores pour Raiatea…

Paysage Polynésien - Huahine - Polynésie
Paysage Polynésien – Huahine – Polynésie
Paysage Polynésien - Huahine - Polynésie
Paysage Polynésien – Huahine – Polynésie

 

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog ! 😉

1 réflexion sur « Huahine, l’île sauvage et féminine »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close