Milena : Fille de la Pampa, entre tango et gauchos

Milena nous accueille chez elle, à la Segunda, dans la Pampa, à une centaine de kilomètres de Buenos Aires, et une dizaine de San Antonio de Areco. Je ne sais pas comment Carole et Eric, mes cousins, ont trouvé son adresse, mais nous allons y passer deux jours délicieux.

Milena ne vit pas ici à l’année, elle vit en réalité à Buenos Aires, où elle est danseuse de Tango professionnelle. Et c’est une très belle personne, très raffinée, discrète et pleine d’esprit.

Nous sommes ici dans sa maison de famille, celle de sa grand-mère. Et on sent bien que cette maison a une âme, entre photos de mariages, d’enfants, et meubles anciens. Trois chambres désormais là pour accueillir des hôtes de passage et leur faire découvrir la culture gauchesca. Et nous monopoliserons les trois chambres, nous retrouvant ainsi seuls avec Milena et son gaucho. On est bien loin ici des journées organisées depuis Buenos Aires avec 50 touristes, avec barbecue géant et spectacle. On entre ici dans l’intimité d’une personne, un peu sur la pointe des pieds, même si elle fait tout pour nous mettre à l’aise.

Avec Milena, nous découvrirons la cérémonie du maté, nous parcourerons la pampa à cheval au crépuscule, nous dégusterons un asado (viande au barbecue) dont nous nous souviendrons bien longtemps, et nous traverserons des kilomètres de champs pour visiter son village, authentique s’il en est, au pays des gauchos. Et surtout, nous discuterons. Beaucoup. D’autant plus aisément qu’elle parle Français. Et même si elle est discrète, elle ne nous cachera pas son histoire.

On sent en elle tout l’amour pour ses terres. Elle a été élevée ici, Milena. Dans cette belle demeure. Fut un temps où la propriété avait plus de faste, comptait des dizaines d”employés, et bien plus d’hectares qu’aujourd’hui. Mais les temps sont durs, même pour les grands propriétaires terriens, en Argentine, et ce depuis plus de 20 ans. La monoculture du soja transgénique est passée par là, les propriétaires terriens se sont surendettés, les spéculateurs ont racheté des terres, les employés sont partis vivre dans les bidonvilles de Buenos Aires ou d’ailleurs… et ceux qui restent tirent le diable par la queue, tentant de sauver ce qui peut encore l’être…alors que l’état ponctionne le plus possible la manne de l’exportation du soja…

Ainsi, la famille de Milena a vendu beaucoup terres, s’est mise au soja, mais a conservé la culture du maïs et du blé malgré tout, et un beau cheptel bovin élevé en toute liberté. Elle a réussi à conservé sa belle maison, et son gaucho, qui fait partie de la famille, lui aussi.

Mais l’opulence est bien loin. Et on prend toute la mesure de l’influence qu’a pu avoir sa famille lors de notre passage à Santa Coloma, le village voisin, qui a vécu jusqu’il y a peu au rythme de son estancia. L’école ? Sa grand mère l’avait financée ? La jolie sainte vierge ? Commandée par sa grand-mère. La chapelle ? Rénovée grâce aux dons de sa grand-mère. On aurait bien aimé la rencontrer, cette vieille dame….

Pour l’heure, Milena sauve tout ce qui peut l’être, et passe le maximum de temps ici, tentant de faire découvrir de la plus belle et subtile façon qui soit sa culture et ses racines aux quelques touristes qui parviennent jusqu’à elle.

Nous la quittons un peu trop vite à notre goût. Nous aurions aimé passer une journée de plus ici, mais c’est impossible : demain, c’est le week-end Pascal, et toute sa famille arrive…
Et oui…on est bien dans une maison…de famille !

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog ! 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close