Nouvelle-Zélande : Rafting et West Coast

Eden nous a avoué il y a quelques jours qu’elle aimerait faire du Rafting, et comme la Nouvelle-Zélande est le paradis des sensations fortes “en toute sécurité”, nous avons trouvé un lieu pour qu’elle puisse découvrir les joies de ce sport.

Le 4 février nous partons donc pour Murshington pour expérimenter le rafting sur la Buller River, dans le Kahurangi National Park. La matinée de passe un peu en mode “course contre la montre” : on a environ 200 km à faire, et il faut qu’on soit sur place avant 14H, en ayant eu le temps de déjeuner…

On espère qu’on a bien compris le lieu de rendez-vous car la réservation s’est finie au téléphone en Anglais-Kiwi sur fond de bruit de moteur dans le van roulant vers le sud….

Ha, on trouve un campement qui ressemble à l’endroit dont James, notre moniteur, nous parlait, à priori pas loin du lieu de rendez-vous… Il fait un temps superbe, à déjeuner dehors.

Sauf…que le lieu est envahi de “sandflys” (les fameuses horribles mouches de sable)… Gloups…aucune envie d’être dévorés tout crus… on déjeune dans le van ! Et on file au pont-carrefour, où effectivement, James et son “assistante” nous attendent.

Buller River - Nouvelle-Zélande
Buller River – Nouvelle-Zélande

Nous nous équipons. Ca ne rigole pas : combinaison, gilet, chaussures…c’est que l’eau est froide par ici…James nous rappelle les rudiments du “Rafting”. Geoffrey et moi sourions en souvenir de notre prof au Vénézuela, déjà Néo-Zélandais. James insiste sur les règles de sécurité, les gilets, nous montre sa radio, que faire si on tombe à l’eau…

Et c’est parti pour deux heures de descente dans les bouillons de la Buller River !

C'est parti pour la descente de la Buller River en rafting ! - Nouvelle-Zélande
C’est parti pour la descente de la Buller River en rafting ! – Nouvelle-Zélande

On commence tout doux. Premiers mini-rapides pour nous mettre en bouche et mettre Eden en confiance. Entre les rapides, le temps d’admirer le paysage, et les gorges au sein desquelles la rivière a fait son lit. James nous raconte un peu sa vie aussi.

Jusqu'ici tout va bien - Buller River - Rafting - Nouvelle-Zélande
Jusqu’ici tout va bien – Buller River – Rafting – Nouvelle-Zélande

Et puis petit à petit, on prend une gentille vitesse, les rapides deviennent un peu plus gros, on suit bien les “ordres” de James. Au milieu du raft, Eden est folle de joie, crie, et nous, nous rions pas mal à l’avant. Le niveau ? 2-3 . De quoi avoir de jolies sensations avec un niveau de risque à peu près nul. On est assez loin de notre expérience au Vénézuela quand même…

Puis James fait passer Eden devant, entre nous. Ha…mais c’est qu’ils sont assez gros ces rapides-là ! Attention attention, et…on est TREMPES ! Et morts de rire !

 

Deux heures et quelques kilomètres plus bas, la descente s’achève.

L’assistante de James nous attend avec café et petits gâteaux. Un super goûter ! Elle a pris plein de photos qu’elle nous montre ! Mais très vite, une attaque de sandflys nous fait à nouveau fuir…et puis on a encore pas mal de route pour rejoindre la Côte Ouest avant la nuit. On dit au revoir à James. Un super moment en famille. Rafting pour Eden, c’est coché. Ce qu’elle en pense ? Elle vous le racontera prochainement je pense…

La Côte Ouest est une longue et fine bande de terre prise entre la mer Tasman et les Alpes Néo-Zélandaises, et a la réputation d’offrir des paysages aussi beaux que diversifiés. Nous la longerons sur une assez longue distance (mais un peu trop vite à notre goût) avant de rejoindre les glaciers. Le soir, nous atteignons donc la côte au niveau de Westport, à l’embouchure de la Buller River, pas vraiment une ville (3900 habitants). Westport a connu ses heures de gloire du temps des mines d’or et de charbon.

On a repéré un emplacement où on peut camper gratuitement, face à la mer. On aime bien, ça. Sauf qu’une fois de plus, on n’est pas les seuls sur l’endroit dédié aux campingcars…Pour se consoler, on fuie nos voisins pour aller profiter de l’immense plage avant le coucher de soleil.

Douceur de la lumière de fin de journée. Fait étonnant également : la plage est littéralement jonchée de bois flotté.

Tiens, certains ont fait une cabane. Il n’en faut pas plus à Geoffrey et Eden pour vouloir faire pareil, et si possible mieux. Je n’y crois pas trop…Premiers bouts de bois, impossible à faire tenir debout. Non mais, je n’ai pas envie de soigner des blessés, moi, ce soir ! Mais un petit quart d’heure plus tard je dois me rendre à la raison, elle prend forme leur maison, ils sont en train de construire un vrai tipi. J’interdis quand même à Eden de rentrer dedans. Vu les écroulements initiaux, on ne sait jamais. Mais je veux bien aider quand même…

La nuit tombe, et Eden a du mal à abandonner son tipi (parce que oui, ça ressemble bien à un tipi). Allez ma puce, s’il passe la nuit, tu le finis demain.

Et le lendemain matin, 5 février, le tipi est toujours debout et semble nous attendre. OK, d’accord, vous avez le droit de le finir. Et même de rentrer dedans. S’il a passé la nuit…Mais avant, on met le van sur la plage. Et on prend le petit déjeuner seuls face à la mer. Ha ! Là c’est chouette !! (NDLR : On s’est un peu ensablés en fait…mais tout va bien, on a pu repartir :-)))

Petit déjeuner sur la plage - Westport - Nouvelle-Zélande
Petit déjeuner sur la plage – Westport – Nouvelle-Zélande

Le tipi terminé, j’ai droit à une visite guidée avec moulte détails. Tout a été pensé ! La sonnette, la déco, tout. Que c’est bon de prendre du temps, de voir la complicité entre Geoffrey et Eden, construisant quelque chose ensemble…

Retour à la réalité et à la logistique : il faut qu’on fasse des courses..

Et puis nous avons repéré une réserve de phoques à quelques kilomètres de la ville. Nous nous rendons donc au début de la balade vers Cape Fouldwind. Belle plage invitant au pique-nique. Le temps gris crée une atmosphère particulière, douce. Après le tipi du matin, on se sent bien dans notre bulle tous les trois.

Après déjeuner, nous empruntons la petite marche qui mène à la fameuse colonie de phoques à fourrure. Mais combien sont-ils ? Énormément. Et puis on a de la chance : les femelles ont mis bas il y a peu, et la colonie compte de nombreux petits. En voici qui nagent, plongent, se prélassent. Les mères jouent avec les bébés. Là ils ont improvisé une piscine naturelle. On est dégoûté de ne pas avoir de vrai appareil photo, pas de zoom pour immortaliser la scène…On le saura : prochain tour du monde, il faut prendre une gopro et un appareil avec un bon objectif !! Voyager léger, oui, mais après faut assumer les impasses…Grrr !! Y’a plus qu’à nous croire sur parole.

On continue la balade sur le sentier côtier. Tiens, un panneau indique la distance entre ici et les grandes villes du monde. Plus de 18 000 km de chez nous quand même ! On doit être quasi au plus loin…Ne pas penser aux amis, à la famille…Tout va bien.

Paris 18 865 km ! Quand même !! - Environs de Westport - Nouvelle-Zélande
Paris 18 865 km ! Quand même !! – Environs de Westport – Nouvelle-Zélande

La balade terminée, nous remontons dans notre petit van, pour descendre la côte. Stop dans l’après-midi à Punakaiki, célèbre pour ses “Pancake Rocks” et le Geyser du Blowhole, en plein “Paparoa National Park” (il est rempli de parcs nationaux, ce pays). On a lu quelque part qu’une marche sympa et courte donnait accès à la mer (Truman Track). Parfait, vu qu’on n’a que peu de temps. Nous nous engageons parmi les fougères arborescentes et autre végétation endémique (très très vert ce parc national). Il se met à pleuvoir franchement…ha…Pas grave, on poursuit.

La plage s’ouvre devant nous. Large baie (sombre vu la météo), entourée de falaises striées. Les fameux “pancakes” ? On imagine… Une fois avoir admiré la beauté de la nature et être bien trempés, retour au van.

On traverse le village. Heu..il y a un office de tourisme et le vrai départ pour rejoindre les fameuses roches en forme de crêpes empilées (pancake = crêpe), c’est ici, pas à Truman Track…Et puis le Geyser, sans regret, ce n’est pas la bonne heure… Il pleut toujours et il commence à être tard…Tant pis pour les crêpes…Nous poursuivons notre route vers le Sud, histoire de parvenir aux glaciers assez tôt le lendemain…

Nous nous arrêtons pour la nuit dans un endroit sauvage, face à un champ où broutent des chevaux, qui eux n’en ont rien à faire de la pluie. Nous non plus d’ailleurs, bien à l’abri dans notre petit van… Vivement demain…le Franz Joseph nous attend !!

Studieuse dans le van - Nouvelle-Zélande
Studieuse dans le van – Nouvelle-Zélande

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog ! 😉

5 réflexions sur « Nouvelle-Zélande : Rafting et West Coast »

  1. Vous êtes de sacrés veinards. J’adore votre épopée. Merci de vos posts très rafraichissants :)/

    J'aime

    1. jfrancequin 06/04/2019 — 00:30

      Merci beaucoup Rose ! On est affreusement en retard dans le blog mais promis on fait des efforts 😊 ! Suite des aventures bientôt !!

      J'aime

Répondre à jfrancequin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close