Salta  et la « Boucle Sud » – road trip dans le Far West Argentin

Le 22 Avril, notre avion est prévu en fin de journée pour Salta, au Nord Ouest de l’Argentine, la porte d’entrée des Andes. Hérésie : nous étions prêts à prendre le bus pour parcourir les 12H séparent Salta de Buenos Aires, mais l’avion s’est révélé plus rapide mais surtout, moins cher !! Va donc pour l’avion. Nous commençons franchement à culpabiliser de le prendre mais bon…

Mais avant de quitter la capitale, nous devons réinvestir dans de nouvelles chaussures : après 8 mois intensifs, nos Salomon sont en fin de vie, et pas sûrs qu’elles résistent aux 4 mois restants, qui nous promettent pas mal de treks. Et puis Eden a grandi et commence, elle, à souffrir dans ses petites chaussures… Alors, après un bon plat de pâtes comme seuls les Argentins et les Italiens savent les faire, nous nous rééquipons. Quelques heures plus tard, nous voici de nouveau à l’Europarque, l’aéroport national de Buenos Aires, prêts à embarquer pour Salta, que nous atteignons 1H30 plus tard, en soirée. Nous posons nos sacs Calle Caseros, chez Belen, qui tient une petite guesthouse toute simple mais ultra bien située, juste en face de l’église San Francisco. 

Le 23 Avril, même si nous y avons passé la nuit, nous faisons l’impasse sur Salta La Linda (littéralement “la belle”), réputée pour être “la plus belle ville coloniale d’Argentine” et qui pourtant nous attire bien… nous la visiterons plus tard. Bon, on est quand même en face de l’église San Francisco, et avec sa façade rouge, blanche, ocre et rouge, elle est trop belle pour qu’on ne fasse que dormir en face. Nous prenons donc le temps de la visiter. Dehors, la statue de Saint François d’Assise nous accueille, et nous sommes impressionnés par la haute tour aux arabesques colorées. A l’intérieur, le décor est tout sauf sobre, avec ses plafonds peints et son style baroque. 

 

 

 

Mais nous nous retenons d’aller plus loin dans la visite de la ville. Nous avons décidé de partir à l’assaut de la “Boucle Sud”, quelques centaines de kilomètres qui promettent d’être parmi les plus beaux du Noroueste Argentin.

Nous partons donc en direction de l’agence auprès de laquelle nous avons loué notre véhicule (un SUV à défaut d’un 4X4, j’espère que “ça suffit” : pas mal de piste en perspective). Le paiement par carte refuse de passer selon l’agence, alors que nous, nous sommes notifiés du débit. Hum…La dame de l’agence accepte de gérer ça “à notre retour” et nous laisse enfin partir, bien plus tard que nous imaginions…Et comme c’est l’heure du déjeuner, nous profitons d’être encore en ville pour goûter quelques empanadas locales : elles sont réputées pour être les meilleures du pays.

Nous filons vers l’Ouest, dans des paysages de champ de tabac à la sortie de la ville, sur la ruta 68, route tout ce qu’il y a de plus “normale”. A El Carril, nous bifurquons sur la Ruta 33, et rentrons dans la Quebrada de Escoipe, étroite vallée toute verte. Et la route devient piste. Ca y est, nous rentrons dans le vif du sujet, nous sommes aux portes des Vallées Calchaquies

Un peu plus tard, la végétation se raréfie, découvrant la roche, verte et rouge, alors que la vallée s’élargit et que nous commençons notre ascension. Les lacets se font de plus en plus serrés quand nous attaquons la Cuesta del Obispo (la côte de l’évêque), au nom évocateur : En 1622, l’évêque de la région dut en effet y dormir une nuit des plus inconfortables lors de son voyage de Salta à Cachi. Il faut dire que jusqu’au début du XXeme siècle, pour relier Salta au village de Molinos, un peu plus loin, il fallait trois jours à dos de mulet ! Ce qui ne décourageait pas les Espagnols de les parcourir pour doter les vallées Calchaquies de jolis meubles venus d’Europe !

Terre rouge et verte - Noroeste - Argentine
Terre rouge et verte – Noroeste – Argentine
Premiers cactus candelabres - Cuesta del obispo - Noroeste - Argentine
Premiers cactus candelabres – Cuesta del obispo – Noroeste – Argentine
Cuesta del Obispo - Noroeste - Argentine
Cuesta del Obispo – Noroeste – Argentine

Les paysages sont de plus en plus abrupts et nous découvrons nos premiers cactus candélabres, énormes, seule végétation de ces roches escarpées aux couleurs incroyables, d’autant plus que le temps jusque là couvert a laissé place à quelques rayons de soleil révélant toute la beauté de ces paysages.

Notre premier véritable arrêt est au Mirador del Valle Encantado (point de vue sur la vallée enchantée, verdoyante, en contrebas), à 3290 mètres d’altitude ! Soit 2000 mètres de dénivelé depuis que nous montons !

Mirador Custa del Obispo - Noroeste - Argentine
Mirador Custa del Obispo – Noroeste – Argentine

Puis nous ne tardons pas à atteindre le sommet, le Col Piedra del Molino, 3348 mètres. Le premier des Andes ! Mais nous sommes alors complètement dans les nuages, et on ne voit strictement rien, à part la petite chapelle toute proche de nous. Heureusement que la montée était belle et dégagée, elle ! Nous sommes un peu attristés quand même si nous devons poursuivre avec ce temps horrible et froid !

Quelle n’est donc pas notre surprise en amorçant la descente : à peine le col franchi, l’horizon se dégage. Et quel horizon ! Nous sommes sur un plateau d’altitude, aride et venteux, paysage inconnu de nous, petits occidentaux. A environ 3000 mètres. Avec quelques troupeaux d’ânes, de chevaux et de guanacos semi-sauvages, et surtout beaucoup de cactus comme distraction. D’ailleurs, nous ne nous en privons pas, et faisons plusieurs stops-photos plutôt bien rigolos. Nous évoluons alors sur la Recta Tin Tin, qui porte bien son nom. Route toute droite, qui traverse ce paysage de désert, avec en toile de fond les monts des Andes.

Chevaux sauvages - Altiplano - Noroeste - Argentine
Chevaux sauvages – Altiplano – Noroeste – Argentine
La Recta Tin Tin - Noroeste - Argentine
La Recta Tin Tin – Noroeste – Argentine
Altiplano - Noroeste - Argentine
Altiplano – Noroeste – Argentine
Altiplano et Cactus Candelabres - Noroeste - Argentine
Altiplano et Cactus Candelabres – Noroeste – Argentine
Cactus candelabre - Noroeste - Argentine
Cactus candelabre – Noroeste – Argentine
Cactus Candelabre - Altiplano - Noroeste - Argentine
Cactus Candelabre – Altiplano – Noroeste – Argentine
Cactus Candelabre - Altiplano - Noroeste - Argentine
Cactus Candelabre – Altiplano – Noroeste – Argentine
Cactus Candelabre - Altiplano - Noroeste - Argentine
Cactus Candelabre – Altiplano – Noroeste – Argentine

Nous bifurquons bientôt sur notre gauche, direction le “Parque Los Cardones” (nom espagnol des fameux cactus candelabres), sur le Camino de los Colorados. Et nous avons ici bien quitté la ligne droite. La piste, plus accidentée, tourne, sinue, nous mène dans des paysages dignes des meilleurs westerns, entre cactus, et terre multicolore : rouge, ocre, blanche, verte…non plus plane comme tout à l’heure mais érodée par les vents et les torrents asséchés. Et l’on mettra bien longtemps à parcourir les quelques dizaines de kilomètres de ce chemin, non à cause de son état, sinon à cause de la beauté des lieux. On est vraiment dans le Far Far West ! Et seuls au monde !

Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine
Parque Nacional Los Cardones - Camino de Los Colorados - Noroeste - Argentine
Parque Nacional Los Cardones – Camino de Los Colorados – Noroeste – Argentine

Enfin nous parvenons à la fin du chemin, nous prenons à droite, direction Cachi, notre destination du jour. Nous parcourons les 20 derniers kilomètres dans de jolies vallées (les fameuses vallées Calchaquiès), où nous découvrons pour la première fois les maisons en adobe. Beaucoup sont abandonnées et nous sommes surpris de la pauvreté des lieux, malgré les vallées verdoyantes et l’agriculture. On sent bien que la région est difficile d’accès….

Vallee Calchaquies et maison en adobe - Noroeste - Argentine
Vallee Calchaquies et maison en adobe – Noroeste – Argentine
Maisons en ruine dans les vallées Calchaquies - Noroeste - Argentine
Maisons en ruine dans les vallées Calchaquies – Noroeste – Argentine

En fin d’après-midi, nous atteignons Cachi, après avoir roulé 180 km, en … hum… 5H au moins…Joli petit village tout blanc de 8000 âmes, perché à un peu plus de 2000 mètres d’altitude, assez touristique pour compter quelques adresses sympas, mais suffisamment isolé pour avoir réussi à rester authentique : il a l’air lui aussi de sortir tout droit d’un western. Mais il est déjà assez tard. Nous nous installons dans notre petit hôtel, avant d’aller dîner de spécialités locales dans un restaurant bien chaleureux et animé : ragoût de lama pour Geoffrey, et locro (sorte de cassoulet mixant haricots et maïs) pour Eden et moi. Délicieux ! Bon, ça tient au corps, mais il faut ce qu’il faut, il fait bien froid dans les Andes, le soir…Les serveuses au profil Indien, les plats roboratifs à base de maïs…on est bien loin de Buenos Aires, ça y est…

Le 24 Avril, nous poursuivons notre road trip avec en point de mire Cafayate, le village le plus au Sud de notre parcours, réputé pour ses vins d’altitude. Mais avant cela, un petit tour s’impose dans Cachi. Depuis la veille, une petite terrasse de café sur la belle place principale nous fait de l’oeil. Va pour un petit moment de détente sur la jolie placette de western. Un petit chien errant comme il y en a partout en Amérique du Sud a décidé de nous adopter et pas question pour lui de laisser approcher d’autres cabots. On est “SES” touristes :-))

 

Nous parcourons ensuite les petites ruelles toutes blanches, avant un arrêt devant l’église coloniale du XVIIIème siècle, qui ne dépareille pas dans le décor, et à l’épicerie du coin pour notre pique-nique. Et c’est parti pour 150 km de piste de toute beauté. 

Nous retraversons d’abord les mêmes vallées que la veille, et les découvrons avec un regard plus frais. Initialement, la région de Cachi était peuplée uniquement d’indiens Quechua (une civilisation qui s’étend de l’an mille à l’arrivée des Incas, au XVIIeme siècle), et ici, les habitants ont su créer un style architectural bien à eux, mixant leur savoir-faire ancestral, l’adaptation au manque de ressources naturelle des lieux, et l’agrément des colons Espagnols. Résultat : au milieu des pauvres maisons en adobe souvent en ruine, quelques demeures où seule la façade a été blanchie à la chaux et dotée de jolies colonnes, laissant apparaître la terre brute sur l’arrière… du joli « pour pas cher »…

Architecture des vallées Calchaquies - Noroeste - Argentine
Architecture des vallées Calchaquies – Noroeste – Argentine

Depuis quelques kilomètres, nous ne cessons de doubler ou être doublés par des voitures de rallye, alors nous profitons d’une pause pour demander aux conductrices de quoi il s’agit : ce sont des canadiennes, et elles participent au Trophée Roses des Andes, le seul rallye 100% féminin d’Amérique du Sud. Elles ont un sacré sourire toutes ces filles, et elles me donneraient presque envie de participer à la prochaine édition (bon, OK, je ne suis déjà pas une super copilote, et en tant que pilote c’est mort (je ne conduis quasi jamais), mais ça doit être une aventure géniale aussi !). 

Le trophée "Roses des Andes" - Noroeste - Argentine
Le trophée « Roses des Andes » – Noroeste – Argentine

Après une cinquantaine de kilomètres de piste plutôt plate et verdoyante bien que parfois TRES étroite, qu’on appelle ici une route nationale (??!!), nous parvenons au village de Molinos

Route-Piste National 40 ! Km 4484 ! - Noroeste - Argentine
Route-Piste National 40 ! Km 4484 ! – Noroeste – Argentine
Route "Nationale" de Cachi à Cafayate - Argentine
Route « Nationale » de Cachi à Cafayate – Argentine

Encore un village aux maisons toutes blanches, comme Cachi, mais sans âme qui vive celui-ci. Il fut construit par les Espagnols en 1660, et vaut le coup pour sa jolie église à la charpente en bois de cactus, la première que l’on voit !

Il faut savoir que si aujourd’hui les « cardones » sont protégés, leur bois fut pendant longtemps le seul disponible (donc utilisé) dans la région, et ceci depuis les Amérindiens, et jusqu’à …la surexploitation… Et si ces cactus géants ont l’air bien solides et résistants, il faut savoir qu’ils ne fleurissent qu’une fois, au bout de 50 ans, et que de leurs fleurs, seule une sera capable de germer. Géants aux pieds d’argile. Ecosystème des plus fragiles en fait…

Face à l’église, l’hacienda, ancienne maison du gouverneur, datant du XVIIIeme siècle, désormais transformée en hôtel de luxe. Pas pour nous, forcément. Nous passons une arche, et parvenons face à un champ / terrain de foot où paissent paisiblement quelques bovins. Beau panorama pour un pique-nique. 

Une fois celui-ci avalé, nous nous payons quand même le “luxe” d’un petit café dans l’hacienda et son joli patio, où quelques touristes attablés ont l’air aussi égarés que nous. Quel calme ! 

Nous reprenons la route paisiblement un peu plus tard, jusqu’à la Finca Del Carmen, un peu avant le village d’Angastaco. Ca y est, nous rentrons officiellement dans la région de ce vin Argentin d’altitude si réputé. On va pouvoir visiter une Bodega !

Ici, le sol est pierreux et l’altitude élevée, mais les différences de température très importantes entre le jour et la nuit, ainsi que les 320 jours de soleil par an, ont fini par donner un vin bien spécial, certes fort, mais de plus en plus complexe.

Las, la Finca a l’air désertée. Nul travailleur, nul propriétaire. Personne pour nous accueillir…Nous attendons un peu devant la maison principale. Admirons le jardin de cactus, faisons un petit tour de balancelle face au paysage…Et puis tant pis, nous décidons de visiter les lieux par nous-mêmes. Cette immense finca fut fondée au XVIIIeme siècle, et son environnement est magnifique : contraste entre vert des vignes et ocre de la falaise. Sur une petite colline, une chapelle en adobe, fermée, où nichent quelques oiseaux. En contrebas, un ancien moulin à eau, et quelques lamas qui nous saluent.

Puis nous reprenons la route pour le dernier tronçons avant Cafayate. Nous doublons Angastaco sans nous y arrêter pour entrer dans la Quebrada Las Flechas (les flèches). Et c’est reparti pour un paysage de fou sur la piste-route nationale la plus incroyable qu’on n’ait jamais prise. Elle serpente entre des pics acérés, nous donnant parfois l’impression d’être dans un manège à sensation. “Et après le virage, à ton avis, à gauche ou à droite ? Ca monte ou ça descend ? Ben je sais pas ! Whaou !! C’est beau !!”

Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine

Mini arrêt au cimetière de Santa Rosa, avec ses tombes aux fleurs artificielles colorées perdues dans le désert. Et puis la route finit par s’élargir, et nous retrouvons les cultures, les vignes surtout, et bientôt le goudron. Nous arrivons bientôt à Cafayate. Mais quelle route encore aujourd’hui !!

Cimetière de Santa Rosa - Quebrada Las Flechas - Noroeste - Argentine
Cimetière de Santa Rosa – Quebrada Las Flechas – Noroeste – Argentine

Cafayate c’est LA ville (enfin, petite ville quand même) du coin, celle aux vignes les plus hautes du monde (1600 mètres), celle où s’arrêtent beaucoup de touristes en provenance de Salta. Et beaucoup, beaucoup plus touristique que Cachi…

Après une rapide installation dans notre hôtel, nous nous dirigeons vers la Plaza San Martin, la place principale, qui, conformément à toutes les places des villes coloniales d’Amérique du Sud nous dévoile ses charmes avec sa statue centrale, ses palmiers et poivriers à l’ombre desquels il fait bon se rafraîchir, son église et sa mairie. Il est un peu tôt pour dîner, alors nous faisons un petit détour par le marché artisanal, où nous réussissons fièrement à ne pas craquer sur les doux pulls en laine d’alpaga. Et puis ce soir, nous dînons dans un des meilleurs restaurants de la ville. Rien à fêter. Juste comme ça. Vin de la région, viande tendre comme jamais, quinoa, volcan de dulce de leche. Cuisine locale version bistronomique à prix doux. On sait décidément vivre en Argentine. Mais pourquoi fait il aussi froid le soir même au restaurant par contre ??

Un peu plus tard nous nous endormons dans notre chambrette donnant sur un joli patio où poussent vigne et orangers. Bien loin du désert, pourtant situé à quelques dizaines de kilomètres seulement…

Cactus en fleur et oranger - Dans le patio de notre hôtel - Cafayate - Noroeste - Argentine
Cactus en fleur et oranger – Dans le patio de notre hôtel – Cafayate – Noroeste – Argentine

Le 25 Avril, avant de reprendre la route, nous explorons un peu plus Cafaye. Arrêt obligatoire à la patisserie Calchaquitos. Il parait qu’on y vend les meilleurs alfajores de la région. Chacun choisit son parfum pour ces petits gâteaux qui pourraient s’apparenter à nos macarons, en plus secs…et beaucoup plus bourratifs. Nous les dégustons religieusement sur la plaza San Martin… pour bien nous avouer que… c’est pas mal… mais trop sucré pour nous (ceci n’est que notre avis, certains en font des folies).  

Les meilleures Alfarojes - Cafayate - Noroeste - Argentine
Les meilleures Alfarojes – Cafayate – Noroeste – Argentine

Nous nous promenons ensuite dans les rues du centre, toujours blanches, mais la ville est plus grosse, et finalement nous regrettons l’ambiance de Cachi.

Nous renonçons à visiter une bodega qui serait ouverte (vu l’heure matinale et la route à parcourir, on va éviter la dégustation de vin :-)), et nous partons pour la deuxième partie de la boucle, celle qui doit nous ramener à Salta, 185 km plus loin, via la Ruta 68, goudronnée celle-ci.

Gauchos dans les vignes de Cafayate - Noroeste - Argentine
Gauchos dans les vignes de Cafayate – Noroeste – Argentine

A peine avons-nous parcouru une dizaine de kilomètres que nous entrons dans la Quebrada de las Conchas. Alors, a priori c’est l’endroit le plus beau de la boucle Sud, mais étant donné ce qu’on a vu les deux jours d’avant, on a un doute…

Mais ça commence fort avant même la quebrada à proprement parler avec Los Medanos, où le désert a repris ses droits, faisant vite oublier l’oasis de Cafayate. Paysage de sable et de broussailles, rappelant la mer qui recouvrait la région avant l’apparition des Andes. En fait, la quebrada Las Conchas (les coquillages) va nous donner à voir le relief du fond marin d’il y a plus de 2 millions d’année.

La route se met à serpenter le long du Rio Las Conchas, et les cultures sur ses berges, vertes, contrastant avec, partout ailleurs, la roche rouge des reliefs découpés aux formes étranges. Encore un paysage de Far West. Pendant les 30 kilomètres qui suivront nous aurons plus l’impression d’être dans le Grand Ouest américain qu’en Argentine…

Premier arrêt pour Los Colorados : formations d’un rouge intense, entre lesquels nous nous promenons un peu.

Los Colorados - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los Colorados – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Los Colorados - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los Colorados – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Los Colorados - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los Colorados – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Viennent ensuite Los Castillos (les châteaux), citadelles au dessus du Rio et de ses cultures, puis Las Ventanas, fenêtres étroites percées dans la paroi rocheuse.

Los castillos - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los castillos – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Los castillos - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los castillos – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Un petit gout de vallée de la mort...Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Un petit gout de vallée de la mort…Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Los Castillos - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los Castillos – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Los Castillos - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Los Castillos – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Arrêt suivant à El Obelisco (l’Obélisque) : piton rocheux bien protégé, dominant de quelques dizaines de mètres le fond de la vallée.

El obelisco - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
El obelisco – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Un peu après, la Yesera. Là démarre une promenade sur la droite, vers le fond d’une autre vallée. L’occasion de pique-niquer ? Visiblement il n’y a pas foule. Tant mieux !

Nous nous enfonçons dans le canon, seuls. La chaleur est de plus en plus accablante, et aucune ombre où pique-niquer. En face, la roche révèle ses teintes toutes en nuances du rouge au vert encore. Magnifique, encore une fois. Nous nous sentons tout petits face à l’immensité de la nature. Que c’est bon de marcher dans ces paysages 

Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Nous finissons par découvrir un arbuste un peu plus haut que les autres à l’ombre duquel nous réfugier pour déjeuner. Nous commençons tranquillement nos sandwichs, lorsque des marques d’animaux à nos pieds nous laissent dubitatifs. Hum…il parait qu’il y a des chats sauvages dans les parages, et des pumas. Et vu la taille… ce ne sont pas des chats !! Gloups…nous avalons finalement assez vite ce qu’il nous reste pour repartir. On ne sait jamais, si le félin est dans le coin, pas très envie de le croiser. Et puis il n’y a pas grand monde pour venir nous sauver… 

Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Traces de puma - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Traces de puma – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Nous poursuivons notre chemin, escaladons une colline, en dévers, pour dominer la vallée. Attention au vertige ! Je ne suis franchement pas très à l’aise, d’autant plus que le vent souffle. J’essaie de m’accrocher. La roche s’effrite sous mes doigts et un gros morceau se décroche, tombant quelques dizaines de mètres plus bas. Allez, Eden, on redescend. Pas envie de mourir ici alors qu’on a échappé au puma !

Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Il était une fois dans l'Ouest.. - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Il était une fois dans l’Ouest.. – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Mais Geoffrey, lui, veut poursuivre son exploration. Et c’est vrai que le panorama est exceptionnel. Sauf qu’au bout de 30 minutes minutes d’attente au soleil en bas, Eden et moi nous demandons bien où il est passé, d’autant plus qu’il ne répond pas à nos appels. Et si la roche avait cédé sous lui ? On ne sait jamais, il a déjà réussi à ce qu’une terrasse s’effondre sous son poids (Ref notre passage à Hoi An au VietNam). Quand il réapparait enfin j’hésite entre colère et soulagement ! Sans compter qu’on meure de chaud !! Nous retournons finalement bien vite à la voiture pour retrouver la fraîcheur de la clim’.

L'homme face à la nature - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
L’homme face à la nature – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Les points de vue suivants s’enchaînent rapidement : el Fraile (le moine), el Sapo (le crapaud), las Tres Cruces dont le mirador offre encore de splendides points de vue sur la vallée.

Le Rio depuis le Mirador Tres Cruces- Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Le Rio depuis le Mirador Tres Cruces- Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Les deux derniers arrêts sont absolument remarquables bien que nous y retrouvions tous les touristes de la quebrada : nous pénétrons au coeur de la roche a El Anfiteatro, arc de cercle quasi totalement ceint, et enfin la Garganta del Diablo, où Eden s’essaie à l’escalade, à plusieurs mètres de haut. Elle m’épate ! Je serais incapable de grimper là-haut !

En el Anfiteatro - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
En el Anfiteatro – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Dans la Garganta del Diablo - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Dans la Garganta del Diablo – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
En El Anfiteatro - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
En El Anfiteatro – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

 

Eden escalade la Garganta del Diablo - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Eden escalade la Garganta del Diablo – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine
Garganta del Diablo - Quebrada Las Conchas - Noroeste - Argentine
Garganta del Diablo – Quebrada Las Conchas – Noroeste – Argentine

Une trentaine de kilomètres de pure merveille, inoubliable.

Restent encore environ 150 km à parcourir, traversant notamment la Quebrada de la Alemania. Jolis paysages mais qui ne nous laisserons pas un souvenir impérissable aux vues de ce que nous venons de traverser.

Nous parvenons en fin de journée à Salta, et après avoir dîné d’une parillada dans un restaurant bien typique, nous retournons dormir chez Belen.

Le 26 Avril au matin, nous profitons de devoir acheter nos billets de bus à la gare routière de Salta pour découvrir un peu plus « Salta la linda » en nous y rendant à pied.

La capitale du Noroeste est une grosse ville de plus de 500 000 habitants, nichée au pied du Cerro San Bernardo, et si elle a toujours constitué une halte importante pour les marchands en route vers la Bolivie et le Pérou, elle a surtout connu ses heures de gloire lors de la colonisation Espagnole. Mais c’est aussi la ville qui a vu naître le General Guëmes, l’un des grands héros de l’indépendance du pays.

Au centre, nous admirons les belles façades des anciennes demeures seigneuriales, avec leurs portes sculptées et leurs balcons, passons devant le Convento San Bernardo, l’un des plus vieux bâtiments coloniaux, avec de rejoindre une animation bien plus contemporaine et enfin la gare routière. Au retour, nous faisons une petit halte dans le très agréable Parque San Martin, avec sa pelouse et son plan d’eau. L’occasion de déguster quelques brochettes aux stands de rue qui le bordent.

 

Au hasard de nos déambulations nous découvrons une jolie église qui ne figure pas même dans les guides, toute bleue, l’église Nuestra Senora de la Candelaria de la Vina.

 

Puis nous retournons au coeur de la ville, sur la plaza 9 de Julio, avec ses belles arcades, ses palmiers, et sa cathédrale, rose comme un beau dragée (ils aiment décidément les couleurs improbables pour leurs églises, les gens de la région…).

 

Dernière petite pause gourmande avant de filer prendre le bus, avec le regret tout de même de ne pas passer au moins 24H de plus dans cette si jolie et douce ville.

Ce soir, nous dormirons à Tilcara….

Vous avez aimé notre article ? alors n’hésitez pas à liker et partager ! et puis laissez-nous un petit commentaire, on y répondra avec plaisir. Vous pouvez aussi vous abonner au blog ! 😉

3 réflexions sur « Salta  et la « Boucle Sud » – road trip dans le Far West Argentin »

  1. Une région d’Argentine que je rêve de découvrir! Magnifiques photos 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close